Sar­ko­zy/Hol­lande : pas en­core can­di­dats mais dé­jà en cam­pagne

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Les deux fi­na­listes de 2012 af­fûtent dé­jà leurs armes en vue d’un pos­sible match re­tour en 2017. Le Ca­nard en­chaî­né rap­porte ce dia­logue, confir­mé par des proches du pré­sident, entre les deux hommes lors de leur ren­contre post-Brexit sa­me­di à l’Ely­sée : « Alors, cette pri­maire ? », lance Nicolas Sar­ko­zy, al­lu­sion à la pri­maire la­bo­rieuse à gauche. François Hol­lande lui ren­voie alors la ques­tion : « Alors, cette pri­maire ? ». A la ma­noeuvre sur le plan di­plo­ma­tique après la forte se­cousse du Brexit, le chef de l’Etat n’ou­blie pas pour au­tant la scène in­té­rieure, dé­fen­dant son bi­lan, égre­nant de nou­velles an­nonces et af­fû­tant ses cri­tiques contre la droite dans une interview fleuve pu­bliée, hier, par Les Echos. Mis en échec en 2012 par François Hol­lande, et pas en­core of­fi­ciel­le­ment ali­gné pour la pri­maire à droite de no­vembre, Nicolas Sar­ko­zy oc­cupe, lui aus­si, le ter­rain, mul­ti­pliant les coups de griffes contre son suc­ces­seur. Il était, mer­cre­di, à Londres à la ren­contre des Fran­çais ins­tal­lés dans la ca­pi­tale bri­tan­nique, « des gens très trou­blés » par le vote sur le Brexit. In­ter­ro­gé, hier, sur RTL, l’an­cien Pré­sident a en­tre­te­nu le sus­pense sur sa can­di­da­ture, s’adres­sant directement au Pré­sident « nor­mal » François Hol­lande : « Je pense à ce que j’ai à faire. [...] C’est pas moi le su­jet. Le su­jet c’est “qu’est-ce qu’on peut faire de notre pays”. Je ne me ré­sou­drai ja­mais à ce que la France de­vienne en quelque sorte, M. Hol­lande, un pays nor­mal. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.