The­re­sa May fa­vo­rite pour suc­cé­der à Da­vid Ca­me­ron

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde -

Après la dé­fec­tion sur­prise de Boris John­son et la can­di­da­ture in­at­ten­due de son ex-al­lié Mi­chael Gove, la mi­nistre de l’In­té­rieur The­re­sa May fai­sait hier fi­gure de fa­vo­rite pour de­ve­nir le Pre­mier mi­nistre qui né­go­cie­ra la sor­tie du Royaume-Uni de l’Union eu­ro­péenne. Au to­tal, cinq can­di­dats sont en­trés dans la course à la suc­ces­sion de Da­vid Ca­me­ron. Mais pas le plus at­ten­du, Boris John­son, fer de lance de la cam­pagne pour la sor­tie qui, à la sur­prise générale, a an­non­cé jeu­di qu’il ne s’ali­gnait pas. The­re­sa May, 59 ans, ral­liée à Da­vid Ca­me­ron pour dé­fendre un main­tien dans l’UE, s’est pré­sen­tée jeu­di comme une can­di­date ca­pable de res­sou­der le par­ti si elle s’ins­tal­lait au 10, Dow­ning Street en sep­tembre. «Brexit si­gni­fie Brexit», a-t-elle mar­te­lé. «La cam­pagne a été me­née, le vote a eu lieu, le taux de par­ti­ci­pa­tion a été éle­vé et le peuple a ren­du son ver­dict», a-t-elle ajou­té pour dire aux « Brexi­ters » qu’elle comp­tait res­pec­ter leur choix. ob­ser­va­teurs se sont de­man­dés si ce dé­lai n’ou­vrait pas la voie à un re­vi­re­ment et à un aban­don du pro­ces­sus de di­vorce. «Tout est pos­sible après la se­maine qui vient de se pas­ser mais, en étant réa­liste, non», a ré­pon­du Si­mon Usher­wood, du cercle de ré­flexion uni­ver­si­taire Chan­ging Eu­rope. Pour lui, la seule fa­çon de re­ve­nir en ar­rière sur le Brexit «pas­se­rait par de nou­velles élec­tions lé­gis­la­tives ». Une op­tion qui n’a ac­tuel­le­ment les fa­veurs d’au­cun res­pon­sable po­li­tique bri­tan­nique car «ce­la ne fe­rait que pro­lon­ger l’in­cer­ti­tude».

The­re­sa May a re­çu le sou­tien du ta­bloïd Dai­ly Mail qui ti­trait hier à la une: «Il y a le feu dans la mai­son, et seule The­re­sa peut l’éteindre.» Et se­lon le quo­ti­dien conser­va­teur Dai­ly Te­le­graph , qui la pré­sente éga­le­ment comme «la fa­vo­rite », elle est pour l’heure sou­te­nue par plus de 60 dé­pu­tés conser­va­teurs par­mi les­quels neuf mi­nistres. « The­re­sa est la mieux pla­cée pour me­ner notre sor­tie de l’Union eu­ro­péenne», a dé­cla­ré de son cô­té le mi­nistre de la Dé­fense Mi­chael Fal­lon, sa­luant « son bi­lan, son tem­pé­ra­ment et son en­ga­ge­ment à unir le par­ti et le pays». En­fin, elle au­rait éga­le­ment été choi­sie par nombre des sou­tiens de Boris John­son, croit sa­voir le Dai­ly Te­le­graph. La can­di­da­ture sur­prise du mi­nistre de la Jus­tice Mi­chael Gove, 48 ans, a été per­çue comme un coup de poi­gnard dans le dos de John­son, qui a fait al­lu­sion dans son dis­cours de jeu­di à l’as­sas­si­nat de Jules Cé­sar par Bru­tus. Per­sonne n’avait vu ve­nir Mi­chael Gove, qui avait dé­jà rom­pu avec un autre grand ami, Da­vid Ca­me­ron, en se pro­non­çant en fa­veur d’un Brexit au prin­temps.

(Pho­to AFP)

La mi­nistre de l’In­té­rieur a dé­jà le sou­tien de  dé­pu­tés conser­va­teurs, dont  de ses col­lègues du gou­ver­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.