Une de­mie, en­fin ?

Re­tour sur les trois der­niers échecs fran­çais (2004, 2012, 2016) en quart de fi­nale

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - V.M.

En club, les quarts de fi­nale, je ne les compte même plus. En sé­lec­tion, il est temps

que ça passe. » Comme l’en­semble de ses par­te­naires, Pa­trice Evra n’a ja­mais at­teint le der­nier car­ré d’une grande com­pé­ti­tion avec le maillot bleu. Sur les quatre der­niers quarts que la France a dis­pu­tés, trois se sont sol­dés par un échec. La der­nière fois que ce­la a bien tour­né, c’était en  contre le Bré­sil, som­met de la car­rière de Zi­ne­dine Zi­dane.

France - Grèce, Euro 

Pre­mière de son groupe de­vant l’An­gle­terre, la Croa­tie et la Suisse, la France, sans De­sailly, Sa­gnol et Viei­ra, joue la Grèce en quart de fi­nale. Sur le pa­pier, elle est lar­ge­ment fa­vo­rite d’un match qu’elle va fi­na­le­ment perdre sans gloire. Au terme d’une pres­ta­tion so­po­ri­fique, les Bleus quittent l’Euro. Jacques San­ti­ni son poste. Dou­chés par le coup de tête de l’im­pro­bable An­ge­los Cha­ris­teas, Zi­ne­dine Zi­dane, Li­lian Thu­ram et Claude Ma­ke­lele prennent leur re­traite in­ter­na­tio­nale qui ne du­re­ra fi­na­le­ment que quelques mois. «On

ne s’at­ten­dait pas à ça », lâche Thier­ry Hen­ry qui fai­sait, alors, équipe avec Da­vid Tre­ze­guet sur le front de l’at­taque. « Pen­dant cet Euro, on n’a pas vu une équipe de France jouant à son ni­veau ha­bi­tuel, en­fonce Li­lian Thu­ram. C’est sans doute la fin d’une gé­né­ra­tion. » Deux ans plus tard, la France ira jus­qu’en fi­nale de la Coupe du monde, en Al­le­magne.

France - Es­pagne, Euro 

Ayant eu la bonne idée de perdre contre la Suède lors du der­nier match de poule (0-2), la France re­trouve l’Es­pagne au tour sui­vant. Cham­pions d’Eu­rope et du monde en titre, les par­te­naires de Ca­sillas ne tremblent pas une se­conde face à des Bleus tout pâles et in­of­fen­sifs mal­gré les ef­forts de Ri­bé­ry à gauche. Le plan de Blanc avec deux la­té­raux sur le cô­té droit (Ré­veillère, De­bu­chy) tourne au fias­co. Grâce à un dou­blé de Xa­bi Alon­so, l’Es­pagne passe sans trem­bler le cap des quarts et rem­por­te­ra l’Euro contre l’Ita­lie. Pour les Bleus, c’est re­tour à la mai­son. Pour Blanc, par ici la sor­tie ! « On n’est pas des rê­veurs, l’Es­pagne est meilleure que nous et l’a prou­vé », glisse « Lo­lo », dé­jà la tête ailleurs.

France - Al­le­magne, Coupe du monde 

Sans gé­nie et grâce à un but de Paul Pog­ba, les Bleus ont sor­ti le Ni­ge­ria au tour pré­cé­dent. Contre l’Al­le­magne, ce n’est pas la même his­toire. Au bout de treize mi­nutes, la France est dé­jà me­née. La faute à Hüm­mels qui monte sur Va­rane et bat Llo­ris de la tête. De l’autre cô­té, Neuer s’oc­cupe de tout et fi­nit par écoeu­rer Ben­ze­ma et Griez­mann, qui quitte en larmes la pe­louse du Ma­ra­ca­na. Comme en 2012, les par­te­naires d’Evra s’ar­rêtent en quart de fi­nale et quittent la com­pé­ti­tion sur un goût d’in­ache­vé. « On n’est pas pas­sé loin », re­grette Di­dier Des­champs qui pour­rait re­trou­ver la Mann­schaft en de­mi-fi­nale, jeu­di pro­chain à Mar­seille.

(AFP)

Cha­ris­teas, Xa­bi Alon­so et Hüm­mels sont les trois der­niers bour­reaux de la France lors des quarts d’un grand tour­noi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.