Le Prix No­bel de la Paix Elie Wie­sel s’est éteint

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France / Monde -

Le res­ca­pé de la Shoah et prix No­bel de la Paix Elie Wie­sel est mort hier, a an­non­cé le mé­mo­rial de l’Ho­lo­causte Yad Va­shem, à Jé­ru­sa­lem. Se­lon le New York Times, le cé­lèbre écri­vain juif amé­ri­cain d’ori­gine rou­maine est dé­cé­dé chez lui, à Man­hat­tan, à l’âge de 87 ans. Le Pre­mier mi­nistre is­raé­lien Ben­ja­min Ne­ta­nya­hu a, dans un com­mu­ni­qué, sa­lué un « rayon de lu­mière et un exemple d’hu­ma­ni­té qui croit en la bon­té de l’Homme». «Du­rant les an­nées sombres de l’Ho­lo­causte, au cours des­quelles ont pé­ri six mil­lions de nos frères et soeurs, Elie Wie­sel était un rayon de lu­mière et un exemple d’hu­ma­ni­té qui croit en la bon­té de l’homme. L’Etat d’Is­raël et le peuple juif pleurent sa mort avec amer­tume», at-il sou­li­gné à pro­pos de ce­lui qui a sillon­né le monde pour per­pé­tuer la mé­moire de la Shoah – un en­ga­ge­ment qui lui avait va­lu le prix No­bel de la Paix en 1986. Né en 1928, Elie Wie­sel avait été dé­por­té au camp d’ex­ter­mi­na­tion al­le­mand d’Au­sch­witz en mai 1944, à l’âge de 15 ans. Il a per­du dans les camps sa mère, son père et sa plus jeune soeur, et avait ra­con­té son ex­pé­rience dans La Nuit, un ré­cit pa­ru en 1955. Ins­tal­lé aux États-Unis, où il a me­né une car­rière uni­ver­si­taire, il avait ob­te­nu la na­tio­na­li­té amé­ri­caine en 1968. Ho­no­ré en France par la Lé­gion d’hon­neur, il avait aus­si re­çu la mé­daille d’or du Congrès amé­ri­cain et était éga­le­ment com­man­deur de l’ordre de l’Em­pire bri­tan­nique. Il laisse une oeuvre com­pre­nant plus de 50 livres écrits en fran­çais et en an­glais.

(Pho­to MaxPPP/EPA)

Res­ca­pé d’Au­sch­witz, Elie Wie­sel avait in­las­sa­ble­ment par­cou­ru le monde pour per­pé­tuer le sou­ve­nir de la Shoah.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.