Sar­ko­zy, presque can­di­dat à la pri­maire de la droite

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France / Monde -

Ni­co­las Sar­ko­zy s’est po­sé à mots à peine cou­verts en fu­tur can­di­dat à la pri­maire pour 2017, hier à Pa­ris, lors d’un Con­seil na­tio­nal des Ré­pu­bli­cains qui a en­té­ri­né le pro­jet du par­ti pour la pré­si­den­tielle, en l’ab­sence de ses prin­ci­paux concur­rents. La can­di­da­ture du pré­sident du par­ti à la pri­maire des 20 et 27 no­vembre est un se­cret de po­li­chi­nelle. Ja­mais, ce­pen­dant, l’an­cien pré­sident de la Ré­pu­blique n’avait lais­sé en­tendre aus­si clai­re­ment qu’il al­lait concou­rir que lors de cette réunion du «par­le­ment» du par­ti. Pour la pri­maire, il faut «don­ner le maxi­mum: je sais faire. Et je suis sûr que d’autres sau­ront faire», a-t-il no­tam­ment dé­cla­ré. Seuls trois can­di­dats dé­cla­rés étaient res­tés pour écou­ter son dis­cours: Fran­çois Fillon, Na­dine Mo­ra­no, Her­vé Ma­ri­ton. «Mer­ci à Fran­çois, Na­dine, Her­vé, Mi­chèle [Al­liot-Ma­rie, Ndlr] d’être là, parce que c’est à l’in­té­rieur que ça se passe» ,a lan­cé Ni­co­las Sar­ko­zy, ta­clant les ab­sents, tels Alain Jup­pé, Jean-Fran­çois Co­pé et Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, qui s’étaient éclip­sés. Bru­no Le Maire, en dé­pla­ce­ment à Aix-en-Pro­vence, n’est pas ve­nu du tout. Quant au pro­jet – un livre de 366 pages qui re­prend l’en­semble des pro­po­si­tions for­mu­lées lors de 18 conven­tions au cours des 15 der­niers mois –, il a été en­té­ri­né à la qua­si-una­ni­mi­té des conseillers na­tio­naux (seuls qua­torze l’ont re­je­té). Mais les prin­ci­paux can­di­dats à la pri­maire ont tous dé­jà dé­cla­ré qu’ils ne se sentent «pas en­ga­gés » par ce­lui-ci, qu’ils consi­dèrent comme étant ce­lui de Ni­co­las Sar­ko­zy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.