Bri­co­lage à tous les étages

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Après Mats Hum­mels en dé­fense et Ma­rio Go­mez de­vant, c’est Sa­mi Khe­di­ra qui a je­té l’éponge au sein du mi­lieu al­le­mand, si bien que la Mann­schaft va de­voir re­mo­de­ler toutes ses lignes avant la de­mi-fi­nale de l’Euro-2016 contre la France.

La dé­fense : peu de sus­pense

Sus­pen­du, Mats Hum­mels ne se­ra pas au cô­té de son fu­tur co­équi­pier du Bayern, Je­rome Boa­teng, en char­nière cen­trale. Le re­tour pro­gram­mé à une dé­fense à quatre, après celle à trois tra­vaillée spé­cia­le­ment pour l’Ita­lie, et l’in­ten­tion ferme de Joa­chim Löw de conser­ver Jo­shua Kim­mich, un mi­lieu dé­fen­sif de mé­tier, comme ar­rière droit ne laisse plus pla­ner qu’une pe­tite in­cer­ti­tude. Lors du match de poules contre l’Ukraine (2-0), pour le­quel Hum­mels était en­core bles­sé, Sh­ko­dran Mus­ta­fi avait joué stop­peur gauche, mar­quant même le but du 1-0 de la tête. Mais Löw de­vrait lui pré­fé­rer Be­ne­dikt Hö­wedes, ti­tu­laire sa­me­di et qui « a très bien me­né son af­faire », se­lon le sé­lec­tion­neur. « C’est un ex­cellent com­bat­tant. Son point fort c’est les duels, il a presque ga­gné tous ses duels aé­riens contre l’Ita­lie, il a li­vré un très beau com­bat phy­sique avec Pel­lè, il a do­mi­né son ad­ver­saire », a-t-il ajou­té. De plus, Hö­wedes jouait dé­jà à ce poste lors du sacre mon­dial de 2014 et il connaît bien Boa­teng, avec qui il com­po­sait la char­nière des Es­poirs cham­pions d’Eu­rope en 2009.

Le mi­lieu dé­fen­sif: l’in­con­nue Sch­weins­tei­ger

Khe­di­ra out, toute l’Al­le­magne re­tient son souffle en priant que le ge­nou droit de son vieux gro­gnard de ca­pi­taine (31 ans) ré­cu­père à temps des ef­forts consen­tis sa­me­di, où il a dis­pu­té plus de 100 mi­nutes in­tenses, qua­si­ment au­tant que de­puis jan­vier en sé­lec­tion. « J’es­père et je sou­haite pour l’équipe que Bas­tian y ar­rive et soit en forme, parce qu’il peut ap­por­ter énor­mé­ment. Mais je n’ali­gne­rai pas un joueur, dont je ne suis pas per­sua­dé qu’il pour­ra suivre à 100% le rythme du match. On ne peut pas se le per­mettre dans un match à éli­mi­na­tion di­recte », a clai­re­ment an­non­cé Löw. Une dé­fec­tion ou­vri­rait la porte à un nou­veau vi­sage. « J’ai confiance dans tous les joueurs, même ceux qui n’ont pas en­core joué », a as­su­ré Löw. Il de­vra choi­sir entre le mi­lieu de Dort­mund Ju­lian Wei­gl ou ce­lui de Li­ver­pool Emre Can. « Ce sont deux joueurs un peu dif­fé­rents. Can est très puis­sant et très bon tech­ni­que­ment, et il pour­rait faire du bien à notre jeu. D’un autre cô­té, Wei­gl est aus­si un très, très bon joueur. Il ferme bien les tra­jec­toires de passe, il a un très bon po­si­tion­ne­ment, il est très sûr balle au pied », a dé­taillé le sé­lec­tion­neur qui s’est don­né deux ou trois jours pour dé­ci­der.

L’at­taque : or­phe­lins de Go­mez

C’est un crève-coeur pour un joueur qui a tra­vaillé dur dans l’es­poir de dis­pu­ter la fi­nale de l’Euro-2016 le jour de son 31e an­ni­ver­saire et une grosse perte pour l’Al­le­magne : Ma­rio Go­mez ne re­joue­ra plus dans cette com­pé­ti­tion. « Ma­rio est un at­ta­quant qui peut mar­quer à la pre­mière oc­ca­sion, aus­si bien du droit, du gauche ou de la tête. Et il est aus­si dan­ge­reux par ses der­nières passes, ses dé­pla­ce­ments dans la sur­face, comme par son jeu de tête et tout ça nous man­que­ra », a re­con­nu Löw. Cette bles­sure va peut-être per­mettre l’heure du ra­chat pour Ma­rio Götze, pro­té­gé du sé­lec­tion­neur, mais très dé­ce­vant lors des trois pre­miers matches, que ce soit en «faux neuf» ou en mi­lieu of­fen­sif. Il pos­tu­le­ra à une place sur les cô­tés ou en pointe, où il est en concur­rence avec Tho­mas Mül­ler. «Mül­ler est un joueur qui, par ses dé­pla­ce­ments, peut créer du dan­ger dans la dé­fense. Il es­saye de pas­ser dans le dos et il est très dan­ge­reux dans la sur­face. C’est la dif­fé­rence avec Ma­rio Götze, qui est un joueur qui peut pro­té­ger la balle de­vant, qui sait se rendre dis­po­nible en pointe, et en­suite trans­mettre la balle», a ré­su­mé Löw. Et s’il n’a pas écar­té l’idée d’une at­taque à deux pointes, ce­la sem­ble­rait une ex­pé­ri­men­ta­tion bien ha­sar­deuse pour une de­mi-fi­nale d’Euro de la part d’un sé­lec­tion­neur plu­tôt conser­va­teur.

(Pho­tos AFP)

Be­ne­dickt Hö­wedes a mu­se­lé Pel­lè lors du quart face à l’Ita­lie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.