« Ah, si mes chan­sons pou­vaient par­ler… »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Face Aux Lecteurs -

Com­ment vi­vez-vous la vé­né­ra­tion que vous ins­pi­rez à vos fans?

Mes chan­sons, elles se les sont ap­pro­priées. Ces mé­lo­dies et ces mots sont pro­ba­ble­ment une par­tie de leur vie. Puis­qu’elles s’y re­con­naissent, je pense qu’elles veulent aus­si s’ap­pro­prier le chan­teur. Tout ce­la ne fait qu’un. Je vé­hi­cule des choses po­si­tives. Tout ce­la, sû­re­ment, les touche très fort. J’ima­gine que je suis un ar­tiste qui, en pas­sant à la té­lé, rentre dans les foyers. Je suis le lien entre grand-ma­man et ma­man, le lien entre ma­man et les en­fants. Les sou­ve­nirs de leur vie, leurs points de re­père, à mon avis, j’y par­ti­cipe. Je fais un peu par­tie de la fa­mille.

C’est une lourde res­pon­sa­bi­li­té?

Alors, je l’au­rai jus­qu’à la fin de ma vie! Mais c’est for­mi­dable. Ça fait du bien. Le ma­tin, si le ciel est gris, elles écoutent mes chan­sons et tout se dé­gage. Vous vous ren­dez compte? Ah, si mes chan­sons pou­vaient par­ler… Toute ma vie, j’ai en­ten­du des gens me ra­con­ter que j’avais ac­com­pa­gné leur pre­mier bai­ser. Quand j’ai écrit mes pre­miers titres, je ne sa­vais pas qu’ils al­laient faire cet ef­fet. En­core moins qu’ils al­laient se trans­mettre de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.