Les Bleus vus par... des Bleus

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - MA­THIEU ET VINCENT

Alain Gi­resse, Ma­rius Tré­sor, Pa­trick Bat­tis­ton et Ber­nard Gen­ghi­ni, cadres des Bleus des an­nées  et , posent leur re­gard sur leurs suc­ces­seurs à l’Eu­ro-. « C’est très dif­fi­cile de ju­ger Um­ti­ti sur le match contre l’Is­lande, tant l’équipe de France a do­mi­né », ré­pond

Pa­trice Evra est-il glo­ba­le­ment dé­ce­vant ? « J’ai l’im­pres­sion que sa pré­sence aide beau­coup les jeunes qu’il a au­tour de lui, après il a l’ex­pé­rience de ces grands ren­dez vous, pour­suit

prend aus­si la dé­fense du joueur de la Juve: « Est-ce qu’il est le seul in­at­ten­tif sur les buts is­lan­dais ? Non. Et puis les deux buts n’ar­rivent pas de son cô­té». ne peut qu’en­traî­ner le reste de l’équipe, sur­tout quand il joue simple, quand il se dé­place », dis­sèque le Gua­de­lou­péen, ad­mi­ra­tif.

« Griez­mann est en feu, et Payet l’ac­com­pagne bien, ils ont pris le pou­voir, c’est eux qui im­pulsent le jeu of­fen­sif, ils donnent une autre di­men­sion », se ré­jouit « Ils n’ont pas en­core le ni­veau de Mi­chel Pla­ti­ni, non, mais ils ont un ni­veau suf­fi­sam­ment éle­vé pour faire ré­flé­chir nos ad­ver­saires, et je pense que les Al­le­mands sont dé­jà en train d’y ré­flé­chir », note en­core l’ex-Bor­de­lais. « Moi j’ai­me­rais tout sim­ple­ment 2-0 pour la France, un but par mi-temps, ce se­rait su­per chouette, se lance

Il ne faut pas ou­blier : 1984, on est cham­pions d’Eu­rope ; 2000 on est cham­pions d’Eu­rope; tous les 16 ans, et là on est 16 ans après ». Pa­trick Bat­tis­ton, hé­ros mal­heu­reux du France-RFA my­thique de 82, qu’il avait fi­ni sur une ci­vière, penche aus­si en fa­veur des Bleus : « Contre l’Al­le­magne, je sens que les Fran­çais sont prêts. On a re­trou­vé ce jeu simple, alerte où on porte moins le bal­lon, où on joue plus avec des passes courtes par­fois avec beau­coup de mou­ve­ment ». Et veut y croire lui aus­si : « Je les sens bien al­ler au bout ». Ciao Pa­ris ! Sa­lut la Côte ! Neuf heures de route pour re­trou­ver la vie. La vraie. Entre Pa­ris et Nice, on fait étape chez An­toine Griez­mann, au sud de Mâ­con, au mi­lieu des vignes. On vous conseille le lieu ‘‘L’O des vignes’’ à Fuis­sé (Google Maps obli­ga­toire, c’est l’Amour est dans le pré sans Ka­rine Le Mar­chand). Tout y est fait mai­son, et la pa­tronne a le contact fa­cile. At­ten­tion juste au pot de fleurs mal pla­cé de­vant l’en­trée qui nous a va­lu de nous faire re­pé­rer au mo­ment du cré­neau. (« Pro­mis, De­nis, y a pas de trace sur le pare-choc ! »).Avant de fi­ler à Mar­seille de­main, on a donc fait un ra­pide cro­chet par la mai­son. Au pro­gramme : bain de mer, bain de so­leil, bar­be­cue et re­trou­vailles en fa­mille… Le grand bon­heur ! On a en­fi­lé nos plus belles cla­quettes, notre plus beau maillot et écrit nos pa­piers entre deux siestes (dont celle de l’hé­ri­tier). La gueule en biais, mais les idées claires. L’ob­jec­tif ? Al­ler au bout. D’ailleurs, on y croit, puis­qu’on a dé­jà pris nos billets d’avion pour être au Stade de France, di­manche soir. La ba­gnole et nous, c’est donc une his­toire qui va prendre fin. En trois se­maines, elle au­ra en­glou­ti 8000 bornes et des mil­liers de mous­tiques dans le buf­fet. C’était bien co­ol mais on ne peut plus la voir, la Mé­gane. Bon, on doit vous avouer un truc, elle est im­ma­tri­cu­lée dans le ‘’13’’. Et ça, on ne l’as­sume pas !

Payet-Griez­mann, Gi­resse adore !

Gen­ghi­ni Bat­tis­ton

Gi­resse Tré­sor

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.