« Je sais souf­frir »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

« Je sais souf­frir », a ré­agi le Belge Greg Van Aver­maet (BMC), sor­ti de son re­gistre de cou­reur de clas­siques pour ga­gner hier l’étape du Mas­sif cen­tral dans le Tour de France, son deuxième suc­cès dans l’épreuve, un an après sa vic­toire de Ro­dez.

Quand avez-vous com­pris que vous pou­viez aus­si grim­per ? Dans l’étape des Py­ré­nées que Mi­chael Ro­gers a ga­gné dans le Tour . C’était un par­cours très dur. Quand je suis de­vant, je m’ac­croche, je sais souf­frir. Au­jourd’hui, toutes les condi­tions étaient réunies pour que je gagne. Je n’ai pas tou­jours eu la chance de mon cô­té, j’ai es­suyé beau­coup de dé­cep­tions mais j’ai tou­jours tra­vaillé dur, je n’ai ja­mais re­non­cé. Le maillot jaune est une sa­tis­fac­tion qui rem­bourse tous ces ef­forts.

Comment avez-vous pro­cé­dé? Je l’avais dit au brie­fing le ma­tin, per­sonne ne vou­drait contrô­ler le dé­but d’étape. Au­cune équipe ne tient à faire trop d’ef­forts dans la pre­mière se­maine du Tour. Quand l’échap­pée s’est dé­clen­chée, j’ai ré­agi au bon mo­ment. Une fois à l’avant, on avait une bonne chance d’al­ler jus­qu’à l’ar­ri­vée. .

Qu’avez-vous pen­sé dans le fi­nal ? J’ai dis­tan­cé De Gendt car je me sen­tais fort. Il a le maillot à pois (de meilleur grim­peur), il est content. Dans les  der­niers ki­lo­mètres, j’ai sur­tout son­gé à évi­ter la chute. Mais j’ai pu ap­pré­cier le der­nier ki­lo­mètre. D’ha­bi­tude, je gagne au sprint. Là, je sa­vais à l’avance que j’al­lais avoir l’étape et le maillot jaune !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.