Mül­ler s’est dé­me­né et... dis­per­sé

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Euro 2016 - VINCENT MENICHINI, À MAR­SEILLE GUILLAUME RATHELOT

comme on aime ! Sur le 2-0, il s’est joué de Kim­mich avant un ma­gni­fique centre du gauche.

Une en­tame d’en­fer avant de perdre le fil, à force de cou­rir après le bal­lon. Des sor­ties de balles beaucoup trop ap­proxi­ma­tives à ce ni­veau.

Pla­cé sur le cô­té droit, il est al­lé prê­ter main forte à Sa­gna qui en avait bien be­soin en pre­mière pé­riode. Si on a moins vu Hec­tor que Kim­mich, c’est en par­tie grâce à ses ef­forts ré­pé­tés. Exem­plaire !

Kim­mich lui a fait vivre un en­fer. Il a pas­sé son temps dans sa par­tie de ter­rain, ce qui a sen­si­ble­ment ré­duit son in­fluence dans le jeu fran­çais. Rem­pla­cé par

(72’).

Sans trem­bler, il a pu­ni Neuer sur pe­nal­ty juste avant la mi­temps. Il a re­mis ça au coeur de la se­conde pé­riode après une sor­tie ha­sar­deuse du gar­dien al­le­mand. En dé­but de match, il avait vu le por­tier du Bayern rem­por­ter le pre­mier duel de la soi­rée. Dans le bon tem­po, le meilleur bu­teur de l’Eu­ro (6) a en­core ré­pon­du aux at­tentes. Quel ta­lent ! Rem­pla­cé Por­ter le nu­mé­ro 13 à Mar­seille, c’est à quitte ou double. Pour Tho­mas Mül­ler, il a si­gni­fié la sor­tie. L’Al­le­mand quitte l’Eu­ro avec une fac­ture de zé­ro but ins­crit en six matches. Ali­gné en pointe de l’at­taque, à la suite du for­fait de Go­mez, Herr Mül­ler a pour­tant eu des oc­ca­sions de faire bas­cu­ler le match hier, no­tam­ment en pre­mière pé­riode (13’, 15’, 32’, 39’). Mais il a tan­tôt man­qué de jus­tesse, de force ou de quelques cen­ti­mètres. Pre­mier dé­fen­seur du bloc al­le­mand avec son pres­sing constant sur la char­nière Um­ti­ti – Kos­ciel­ny, il a aus­si fait jouer ses co­équi­piers, avec son rôle en pi­vot à l’en­trée de la sur­face. Kroos a

Dans un rôle in­grat, il n’a pas eu la par­tie fa­cile entre Boa­teng et Hö­wedes. L’at­ta­quant d’Ar­se­nal a man­qué de spon­ta­néi­té par mo­ments (42’, 46’), mais a tou­te­fois été pré­cieux dans son jeu de dé­via­tions. C’est lui qui pousse Neuer à la faute sur le deuxième but. Rem­pla­cé par (78’). d’ailleurs bien failli pro­fi­ter de l’une de ses re­mises (20’). Quand son équipe était me­née, il a tou­te­fois mis plus d’éner­gie à râ­ler contre tout, es­sayant de ne pas lais­ser les Bleus ga­gner la moindre se­conde. Il a donc dis­pa­ru des ra­dars, lais­sant Kim­mich (frappe sur l’ar­rête 74’, tête sau­vée par Llo­ris 91’) et Drax­ler (coup franc qui lèche la lu­carne 76’) se si­gna­ler. En vain eux aus­si. Mal ai­mé, in­com­pris, hy­per­ac­tif, classe… Trop d’ad­jec­tifs collent et col­le­ront tou­jours à la peau de Mül­ler. Mais à l’heure du bi­lan, son mu­tisme coûte cher à la Mann­schaft.

(Pho­to AFP)

An­toine Griez­mann, à nou­veau au-des­sus du lot !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.