Griez­mann su­per­star

Le meilleur bu­teur de l’Eu­ro est de­ve­nu un at­ta­quant com­plet sous les ordres de Die­go Si­meone à l’At­le­ti­co Ma­drid. Dé­cryp­tage tech­nique du phé­no­mène...

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - Dos­sier réa­li­sé par Vincent Menichini

Aus­si re­dou­table qu’at­ta­chant sur un ter­rain, An­toine Griez­mann a vu sa côte de po­pu­la­ri­té ex­plo­ser de­puis le dé­but de l’Eu­ro. Dé­cryp­tage d’un phé­no­mène.

LE JEU DE TÊTE

Mal­gré une taille moyenne (,m), Griez­mann par­vient à faire de grosses dif­fé­rences dans le do­maine aé­rien, où son ti­ming frôle la per­fec­tion. Du­rant cet Eu­ro, il en est dé­jà à deux buts de la tête. Contre l’Al­le­magne, il a grat­té plu­sieurs bal­lons au-des­sus de Hö­wedes et Boa­teng à qui il ren­dait plu­sieurs cen­ti­mètres. « Quand j’étais pe­tit, je pas­sais des heures à re­prendre des centres de la tête », confiait-il ré­cem­ment. Vi­si­ble­ment, le tra­vail a payé. Griez­mann a cette fa­cul­té à être tou­jours bien pla­cé. Il ai­mante les bal­lons.

LE MEN­TAL

Ou­blié par les centres de for­ma­tion fran­çais qui le ju­geaient trop frêle, Griez­mann est re­pé­ré à l’âge de  ans par la Real So­cie­dad lors d’un tour­noi au Camp des Loges (Yve­lines). Mal­gré les ré­ti­cences de ses pa­rents, le blon­di­net quitte le do­mi­cile fa­mi­lial de Mâ­con pour le Pays basque. En larmes. Il pour­suit ses études à Bayonne et fait ses gammes de foot­bal­leur en Es­pagne. Jus­qu’à l’âge de - ans, Griez­mann ne sort pas du lot, mais il s’ac­croche à son rêve de de­ve­nir foot­bal­leur pro­fes­sion­nel. Quelques an­nées plus tard, il dé­fraye la chro­nique avec une vi­rée noc­turne à Pa­ris de­puis Le Havre, où l’équipe de France Es­poirs était ras­sem­blée. Sus­pen­du un an de toutes les sé­lec­tions, il ac­cepte la sen­tence... Sans bron­cher. Pour re­ve­nir en­core plus fort. De­puis deux ans, Die­go Si­meone, son en­traî­neur à l’At­le­ti­co Ma­drid, en a fait un autre homme. «Il avait cette grin­ta en lui, mais il l’a culti­vée avec Si­meone », glisse Phi­lippe Mon­ta­nier, son an­cien coach à la Real.

LE PIED DROIT

Il ne lui sert pas à grand-chose. Gau­cher ex­clu­sif, Griez­mann n’est pas Zi­dane qui, lui, a mar­qué ses plus beaux buts de son mau­vais pied (le gauche, en l’oc­cur­rence). Il com­pense ses failles du droit par un pied fort sa­vou­reux et un jeu de tête de très haut-ni­veau.

LE CORPS

Ne ré­pon­dant pas aux stan­dards fran­çais de l’époque, le ché­tif ado­les­cent s’est épais­si sans pour au­tant de­ve­nir une ‘‘car­casse’’. Pour au­tant, ce­la ne l’em­pêche pas d’avoir du ré­pon­dant dans les duels et de par­fai­te­ment te­nir sur ses ap­puis. Dans le jeu dos au but, il peut en­core faire des pro­grès, mais ça reste plus que conve­nable. Avec Si­meone, il est de­ve­nu un at­ta­quant axial de classe in­ter­na­tio­nale, com­plet, ce qui ar­range bien Des­champs, le­quel s’est ré­so­lu à le pla­cer dans sa po­si­tion pré­fé­ren­tielle de­puis l’Ir­lande. De­puis, Griez­mann a re­trou­vé tout son éclat et cette fa­cul­té à sen­tir les coups avant tout le monde. C’est ce qui s’ap­pelle le flair. Une qua­li­té in­née.

LE PIED GAUCHE

Son arme fa­vo­rite. Tech­ni­que­ment très adroit, il pos­sède une conduite de balle re­mar­quable, don­nant par­fois l’im­pres­sion d’al­ler plus vite avec que sans le bal­lon. Griez­mann uti­lise toutes les sur­faces de son gauche : in­té­rieur, ex­té­rieur, coup de pied. Il peut frap­per fort tout en gar­dant une pré­ci­sion très éle­vée. On n’en­chaîne pas deux sai­sons de suite en Li­ga à  buts sans une pa­lette com­plète !

(Pho­to PQR/Le Dau­phi­né)

Mon­tage Ri­na UZAN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.