As­tuces don­nées aux par­ti­cu­liers

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Saint-Tropez -

Évi­ter les mous­tiques c’est évi­ter l’eau stag­nante. « Une simple sou­coupe avec de l’eau stag­nante peut ac­cueillir  larves!» ex­plique Pierre Res­ti­tui­to. Pots de fleurs, seaux d’eau, gout­tières, tout doit être en­tre­te­nu afin d’évi­ter la pro­li­fé­ra­tion de mous­tiques. Clé­ment Kaux in­vite les par­ti­cu­liers à se ser­vir de lar­vi­cide afin de res­pec­ter au mieux l’équi­libre na­tu­rel. At­ten­tion d’ailleurs à ne pas sous-es­ti­mer le rôle des par­ti­cu­liers dans l’aug­men­ta­tion du nombre de

mous­tiques. « L’un de nos plus grands pro­blèmes sont les pis­cines aban­don­nées. Ce sont de vé­ri­tables nids à mous­tiques ! Mais elles sont sur des ter­rains pri­vés et il est par­fois dif­fi­cile de joindre les pro­prié­taires » ajoute-t-il.

Un constat confir­mé par Pierre Res­ti­tui­to « Il y a  ans, je me sou­viens qu’il n’y avait pas au­tant de mous­tiques mais c’est parce qu’il y avait beau­coup plus d’hi­ron­delles et de chauves-sou­ris. Ces der­nières se nour­ris­saient des mous­tiques mais l’homme dé­truit leur ha­bi­tat et ajoute des points d’eau donc for­cé­ment l’équi­libre n’est pas main­te­nu». Afin donc de pré­ser­ver un en­vi­ron­ne­ment agréable, les par­ti­cu­liers doivent, tous comme les membres du ser­vice en­vi­ron­ne­ment, s’at­ta­quer au coeur du pro­blème : la mise à l’eau des larves. Évi­ter une pos­sible stag­na­tion de l’eau aux alen­tours du do­mi­cile se­ra la pre­mière étape pri­mor­diale d’un contrôle de la pro­li­fé­ra­tion de l’in­secte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.