Di­dier ‘‘Des­chances’’

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Euro 2016 - PHI­LIPPE CAMPS

Ne le dites à per­sonne, mais j’ai dé­jà vu le match. A la fin, c’est Des­champs qui gagne. C’est écrit. Ce mec a la vic­toire en lui. Alors, ar­rê­tez de stres­ser. Dans l’après-mi­di, vous al­lez ap­prendre que Cris­tia­no Ro­nal­do a été hos­pi­ta­li­sé pour une crise d’épi­lep­sie. Ça ne vous rap­pelle rien ? Absent sur la première feuille de match, il ap­pa­raî­tra sur la se­conde, mais très peu sur le ter­rain. Une ombre, le pauvre CR7. A la mi-temps, la fi­nale se­ra pliée par les deux coups de tête de la nou­velle star bleu, blanc, rouge An­toine Griez­mann, alias Gri­zi ou Gri­zou comme on di­sait Zi­zou. Pogba en met­tra un troi­sième pour la route, ex­hu­mant le fa­meux ‘’et un et deux et trois zé­ro !’’. 3-0, trois Euros. Dans la tri­bune of­fi­cielle, Fran­çois Hol­lande, le Glo­ria Gay­nor blanc, chan­te­ra ‘’I will sur­vive’’ en pen­sant à 2017. A mi­nuit, la France se­ra unie, on se­ra tous des amis et le slo­gan ‘’Gri­zou pré­sident’’ illu­mi­ne­ra l’Arc de Triomphe. De­main, ‘’DD la chance’’ se­ra ca­no­ni­sé et re­join­dra Ai­mé Jac­quet à la table des Saints. Nor­mal : il au­ra agran­di sa place dans l’his­toire du foot­ball. Bien­tôt, on lui don­ne­ra une suite, au der­nier, l’étage au-des­sus de Pe­lé. Des­champs, c’est Ram­bo. Il ré­siste à tout. L’af­faire Ben­ze­ma-Val­bue­na, la sus­pen­sion de Sa­kho, les for­faits de Va­rane, Ma­thieu et Diar­ra, les ac­cu­sa­tions de Can­to­na, la non-convo­ca­tion de Ben Ar­fa ? Tout est aux ou­bliettes. Le chaos n’a ja­mais fait tom­ber DD. Avoir au­tant de bol, ça s’ap­pelle du ta­lent. De­main, les en­fants vou­dront faire Di­dier Des­champs comme mé­tier. Y’a pas d’école, mais ils peuvent tou­jours es­sayer. Pour ce­là, il faut maî­tri­ser la culture de la gagne. Elle n’est pas dans les livres. Elle est dans la tête, dans le coeur et ailleurs. Quand ça marche, quand ça marque, ça rap­porte. Après, on a une belle carte bleue. DD vous di­ra qu’il est riche de sou­ve­nirs, de pro­jets et d’émo­tions. Ok DD... Sûr que la der­nière fois qu’il a pris l’au­to­route, Es­co­ta était en grève. La ba­ra­ka on vous dit. Voi­là pourquoi au bureau, on est se­rein. On a dé­jà pré­pa­ré le titre : ‘’Hé­ros-2016’’. Ça mange pas de pain. Ne ra­tez pas notre ‘’Une’’ de­main ma­tin. Enorme. Ma­gni­fique. Eter­nelle. Comme le des­tin d’un mi­lieu de ter­rain por­teur d’eau bé­nite de­ve­nu se­lec­tion­neur en or. Sa­chez-le : Di­dier Des­champs ne dé­chante ja­mais. Sur­tout pen­dant le mois de juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.