In­tel­li­gences ar­ti­fi­cielles: me­naces sur l’em­ploi

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France/Monde -

Les pro­grès réa­li­sés ces cinq der­nières an­nées dans l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle vont per­mettre de construire des ro­bots, ca­pables d’exé­cu­ter qua­si­ment toutes les tâches hu­maines, me­na­çant des di­zaines de mil­lions d’em­plois au cours des 30 pro­chaines an­nées, s’ac­cordent à pré­dire des scien­ti­fiques. «Nous ap­pro­chons du mo­ment où les ma­chines pour­ront sur­pas­ser les hu­mains dans presque toutes les tâches» , a ain­si pré­ve­nu Moshe Var­di, di­rec­teur de l’Ins­ti­tute for In­for­ma­tion Tech­no­lo­gy à l’uni­ver­si­té Rice au Texas. «La so­cié­té doit se pen­cher sur cette ques­tion dès main­te­nant car si des ro­bots font presque tout ce que nous fai­sons comme tra­vail, qu’al­lons nous faire?», s’est-il in­ter­ro­gé aux cô­tés d’autres ex­perts lors de la confé­rence an­nuelle de l’Ame­ri­can So­cie­ty for the Ad­van­ce­ment of Science (AAAS) à Wa­shing­ton. Pour le scien­ti­fique, qui n’ex­clut pas la fin du tra­vail hu­main, «la ques­tion est de sa­voir si l’éco­no­mie mon­diale peut s’adap­ter à un taux de chô­mage de plus de 50%». Au­cune pro­fes­sion n’est à l’abri, pas même les tra­vailleurs du sexe, a-t-il lan­cé. L’au­to­ma­ti­sa­tion et la ro­bo­ti­sa­tion ont dé­jà bou­le­ver­sé le sec­teur in­dus­triel ces 40 der­nières an­nées, do­pant la pro­duc­ti­vi­té au dé­tri­ment de l’em­ploi. Le nombre de créa­tion de postes dans le sec­teur ma­nu­fac­tu­rier a at­teint son pic en 1980 aux États-Unis et n’a ces­sé de­puis de di­mi­nuer, s’ac­com­pa­gnant d’une stag­na­tion des re­ve­nus de la classe moyenne. Au­jourd’hui on compte plus de 200000 ro­bots in­dus­triels dans le pays et leur nombre conti­nue à aug­men­ter. La re­cherche se concentre ac­tuel­le­ment sur la ca­pa­ci­té de rai­son­ne­ment des ma­chines, et les pro­grès ces vingt der­nières an­nées sont spec­ta­cu­laires. Des avan­cées très im­por­tantes ont aus­si eu lieu de­puis cinq ans dans la vi­sion et l’ouïe ar­ti­fi­cielles, per­met­tant à des ro­bots de voir et d’en­tendre comme les hu­mains. Et le mou­ve­ment ne risque pas de s’in­ver­ser: les in­ves­tis­se­ments dans l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle aux ÉtatsU­nis en 2015 ont été de loin les plus éle­vés de­puis la nais­sance de ce do­maine de re­cherche il y a 50 ans. Un ef­fort por­té à la fois par le sec­teur pri­vé (no­tam­ment Google, Fa­ce­book, Mi­cro­soft et Tes­la) l’État (le Pen­ta­gone a de­man­dé 19mil­liards de dol­lars pour dé­ve­lop­per des sys­tèmes d’ar­me­ment in­tel­li­gents). D’ailleurs, se­lon Moshe Var­di, «on a toutes les rai­sons de pen­ser que les pro­grès des 25 pro­chaines an­nées se­ront tout aus­si im­pres­sion­nants». Quelque 10% des em­plois qui né­ces­sitent de conduire un vé­hi­cule aux États-Unis pour­raient par exemple dis­pa­raître en rai­son de l’au­to­ma­ti­sa­tion de la conduite. Face aux pers­pec­tives ver­ti­gi­neuses qu’ouvrent ces avan­cées tech­no­lo­giques, un groupe de per­son­na­li­tés de haut vol, dont le scien­ti­fique Ste­phen Haw­king, l’homme d’af­faires (pa­tron de Tes­la et Spa­ceX) Elon Musk et le co­fon­da­teur d’Apple Steve Woz­niak, avait pu­blié dé­but 2015 une lettre ou­verte plai­dant pour «l’in­ter­dic­tion des armes au­to­nomes». Et les équipes de Google planchent dé­jà sur un moyen d’em­pê­cher une in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle… de se re­bel­ler contre ses concep­teurs.

(Photo AFP)

In­ves­tis­se­ments crois­sants, technologies de plus en plus per­for­mantes: les pro­grès en ma­tière de ro­bots in­tel­li­gents connaissent une forte ac­cé­lé­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.