Un obus dans le port : une me­nace ré­cur­rente ?

La dé­cou­verte d’un en­gin en­core en état de marche, avant-hier à hau­teur du phare rouge, à l’en­trée du bas­sin, pose la ques­tion des risques pour la po­pu­la­tion face à la pré­sence de ces obus

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Saint-Tropez - C. G. ET P. P.

La « bombe » re­po­sait par 2,50 m de fond dans le port de SaintT­ro­pez. Un obus de 40 mm de dia­mètre avec douille. Une dé­cou­verte faite avan­thier ma­tin et prise en charge avec suc­cès par la bri­gade ma­ri­time des Is­sambres, dans le plus grand se­cret. L’ob­jet a été trans­por­té dans un lieu dé­dié à la « neu­tra­li­sa­tion » de ce type de pro­jec­tile, au­tre­ment dit sa des­truc­tion par explosion. Si l’opé­ra­tion a été ron­de­ment me­née, le dan­ger es­til réel, no­tam­ment dans le port? Il faut se sou­ve­nir en ef­fet que Saint-Tro­pez a su­bi les as­sauts amé­ri­cains et al­le­mands lors du dé­bar­que­ment de Pro­vence no­tam­ment. Ça peut lais­ser des traces... Et d’ailleurs la ru­meur va bon train, cer­tains ar­guant que le fond du port est truf­fé de ce genre d’ex­plo­sifs en­core en état de marche. Aïe! Faut-il éva­cuer? Fer­mer le port? Dra­guer d’ur­gence? D’avis au­to­ri­sé, Ap­pa­rem­ment non. Ouf !

Une poi­gnée par an dans le golfe

« Il y a énor­mé­ment d’obus au large des côtes» ré­pon­don du cô­té de la bri­gade

ma­ri­time, « mais leur dé­cou­verte n’est pas si fré­quente. Dans un rayon de Théoule à Ca­va­laire, nous de­vons en trou­ver entre 5 et 6 par an ». Car si leur pré­sence est avé­rée, les obus re­posent sou­vent sous le sable. « Leur ré­ap­pa­ri­tion est due au bras­sage de la mer. Son mou­ve­ment est sem­blable à ce­lui d’une ma­chine à la­ver qui dé­terre des en­gins en­fouis de­puis des dé­cen­nies », pré­cise Yann Bi­zien du ser­vice com­mu­ni­ca­tion de la Pré­fec­ture ma­ri­time. Pour au­tant, de mé­moire d’his­to­rien, de ma­rin ou de pê­cheur, la pré­sence d’obus au large de nos côtes est une réa­li­té : « On en a trou­vé à l’en­trée du golfe l’an der­nier ,e t il y a deux ans, on a cru en dé­tec­ter un à Pam­pe­lonne. Il s’agis­sait en fait d’une bou­teille de gaz qui s’était dé­for­mée dans l’eau ». En re­vanche, cha­cun ré­fute le fait qu’il y en ait beau­coup dans le port.

A quai, l’omer­ta?

L’af­faire pa­raît néan­moins mettre mal à l’aise ceux à qui on pose la ques­tion. Per­sonne ne veut être nom­mé­ment ci­té ! Alors obus, ou pas obus? Al­lez sa­voir... Reste que ce­lui qui a été trou­vé au bout de la je­tée était bien réel et en état de marche. Et même s’il est vrai­sem­blable que d’autres en­gins sont en­core au fond du bas­sin, il est évident qu’on ne va pas af­fo­ler les foules à l’orée de la sai­son. Ce­ci dit, si la me­nace était réelle, on sup­pose aus­si que des cam­pagnes de dé­mi­nage au­raient eu lieu afin d’évi­ter de voir ex­plo­ser un ba­teau de mil­liar­daire en plein mois d’août de­vant chez Sé­né­quier. Mais dans le doute, et si une autre bom­bi­nette poin­tait le bout de son nez, il y a quand même une conduite sé­rieuse à te­nir.

Ma­noeuvres spé­ciales

Le porte-pa­role de la pré­fec­ture ma­ri­time à Toulon re­com­mande en ef­fet la plus grande pru­dence « Seuls les plon­geurs-dé­mi­neurs de la Mé­di­ter­ra­née (GPD Med) sont ha­bi­li­tés à ma­ni­pu­ler les en­gins ex­plo­sifs ». Dans un tel rayon, les dé­cou­vertes sont nom­breuses et les chiffres élo­quents : « L’an der­nier, nous avons dé­cou­vert 200 mu­ni­tions, pour un équi­valent TNT de 3000 kg ». Mais face à une telle sta­tis­tique, il faut rai­son gar­der : « Nos équipes sont très bien ro­dées à la ma­noeuvre » ras­sure-t-on à la bri­gade ma­ri­time. « Nos hommes ont l’ha­bi­tude d’éva­luer les si­tua­tions et in­ter­viennent ra­pi­de­ment et avec ef­fi­ca­ci­té ». L’obus d’hier a d’ailleurs re­joint d’autres mu­ni­tions dé­cou­vertes ré­cem­ment dans un lieu te­nu évi­dem­ment se­cret en mer où ils se­ront dé­truits pro­chai­ne­ment. En attendant, on peut conti­nuer à bar­bo­ter tran­quille­ment dans l’eau, uniquement dé­ran­gé par le mou­ve­ment des vagues.

(Pho­to C. G.)

L’obus a été dé­cou­vert dans la passe à l’en­trée du port, au ni­veau du phare rouge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.