Double cible pour Pinot

Après ses dé­boires des pre­mières jour­nées, le lea­der de l’équipe FDJ s’est fixé deux nou­veaux ob­jec­tifs : une vic­toire d’étape et le maillot de meilleur grim­peur

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

Il l’a re­con­nu hier lors d’un point presse te­nu à son hô­tel pen­dant la jour­née de re­pos en An­dorre : « Je n’étais pas confiant en ar­ri­vant sur le Tour, j’avais en tête les sen­sa­tions de ces deux der­niers mois. » « De­puis dé­but mai, il n’y a eu que deux jours où je me sen­tais bien », a pré­ci­sé Thibaut Pinot, qui porte le maillot du meilleur grim­peur après neuf étapes.

« De la fête à la ga­lère »

In­vi­té à dé­fi­nir le Tour en un seul mot, le cham­pion de France du contre-la-montre a ré­pon­du, après une

brève hé­si­ta­tion: « Ga­lère. On peut pas­ser de la joie, de la fête à la ga­lère, d’un mo­ment eu­pho­rique au déses­poir. C’est aus­si ce qui fait le charme du Tour. » Est-il à l’aise dans le Tour ?

« Ce­la dé­pend des jours, a-til ré­pon­du. La pre­mière se­maine, non, je n’étais pas à l’aise. Une fois que les Py­ré­nées sont là, je me sens bien dans le Tour ». Troi­sième en 2014, le lea­der de l’équipe FDJ a ex­pli­qué avoir « été obli­gé de se re­con­cen­trer sur autre chose que le

(clas­se­ment) gé­né­ral » : « Le pro­blème, ce sont les sen­sa­tions. Je ne me sens pas ca­pable d’at­teindre l’ob­jec­tif que je m’étais fixé, le top 5. À quoi sert de faire 12e du gé­né­ral, à vé­gé­ter dans le pe­lo­ton, ne pas prendre les échap­pées ? » « J’ai des bons dé­buts d’étape, il me manque tou­jours un pe­tit truc pour jouer la vic­toire d’étape, comme à Ar­ca­lis (di­manche). Si j’avais eu ma forme du Tour de Ro­man­die ou d’autres courses, j’au­rais pu al­ler cher­cher la vic­toire d’étape » ,a ajou­té le Franc-Com­tois. « Dans As­pin (ven­dre­di), c’était le mo­ment où j’étais le plus mal. Je ne pou­vais pas être plus bas, j’étais à un ni­veau ca­tas­tro­phique. Ces deux der­niers jours, je n’étais pas à 100 % mais je n’étais pas mal », a es­ti­mé le cou­reur de Mé­li­sey (Hau­teSaône), dé­sor­mais poin­té à 15’39’’ du maillot jaune.

« Le Ven­toux fait peur »

Pinot s’est pro­je­té sur les deux ren­dez-vous des pro­chains jours, le Ven­toux jeu­di et le contre-la-montre

le len­de­main : « Le Ven­toux est une mon­tée très dif­fi­cile. Pour moi, la plus dure de France. Elle fait peur à tous les cou­reurs, elle me fait peur à moi aus­si. À cause du pay­sage, des ki­lo­mètres, de la pente, de la cha­leur au pied, du vent pos­sible au som­met, c’est un tout. Ga­gner au Ven­toux, ça marque les es­prits. » À 26 ans, ce­lui-ci compte deux vic­toires d’étape dans le Tour, à Por­ren­truy en 2012 lors de ses dé­buts et à l’Alpe d’Huez l’an­née pas­sée.

(Pho­to AFP)

Thibaut Pinot : des sen­sa­tions en dents de scie...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.