La ten­sion monte entre Valls et Ma­cron

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La ten­sion est en­core mon­tée d’un cran, hier, entre Ma­nuel Valls et Em­ma­nuel Ma­cron, dé­sor­mais à cou­teaux ti­rés, avant que Fran­çois Hol­lande ne sorte de son si­lence lors de la tra­di­tion­nelle in­ter­view du 14 juillet. Mar­di dé­jà, le chef du gou­ver­ne­ment s’était em­por­té contre son mi­nistre de l’Éco­no­mie, qui cultive l’am­bi­guï­té sur son éven­tuelle can­di­da­ture à moins d’ un an de la pré­si­den­tielle, tout en res­tant mi­nistre. Nou­velle salve de M. Valls, hier, de­vant les dé­pu­tés PS: « On ne peut pas dé­non­cer un pré­ten­du “sys­tème” en cé­dant aux si­rènes du po­pu­lisme quand, cir­cons­tance ag­gra­vante, on est soi-même le pro­duit le plus mé­ri­tant de l’élite de la Ré­pu­blique ». M. Ma­cron est no­tam­ment pas­sé par Sciences Po Pa­ris et l’Ena.

« Ne pas s’égailler ou se dis­per­ser »

Dans ce bras-de-fer, l’Ély­sée reste si­len­cieux, dans l’at­tente de l’in­ter­view de Fran­çois Hol­lande, de­main, sur TF1 et France 2. Le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment Sté­phane Le Foll a, lui, ap­pe­lé à ne pas « s’égailler » ou « se dis­per­ser ». Qu’il pa­raît loin, ce mois d’avril 2014 où Ma­nuel Valls, nom­mé à Ma­ti­gnon, plai­dait pour la no­mi­na­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron au Bud­get. Re­fus, à l’époque, de Fran­çois Hol­lande. Mais son jeune pro­té­gé n’a rien per­du au change: il a ré­cu­pé­ré quelques mois plus tard le por­te­feuille de l’Éco­no­mie, lais­sé va­cant par Ar­naud Mon­te­bourg. À l’époque, le Pre­mier mi­nistre s’était em­ployé à dé­fendre la no­mi­na­tion de ce jeune mi­nistre dé­ter­mi­né à « faire les ré formes né­ces­saires» et à« dé blo­quer le pays ». Puis s’ était mon­tré bien­veillant après la pre­mière bourde mé­dia­tique du nou­veau mi­nistre sur les« il­let­trées» de l’ abat­toir Gad. Mais moins de deux ans plus tard, « il est temps que tout ce­la s’ar­rête »! Cette pique lan­cée par Ma­nuel Valls mar­di dans les cou­loirs du Sé­nat, quelques heures avant le pre­mier mee­ting pa­ri­sien de M. Ma­cron et de son mou­ve­ment « En Marche! », semble tout ré­su­mer de l’an­ta­go­nisme entre les deux hommes. « Ini­tia­le­ment, je pense que le pré­sident de­la Ré­pu­blique a mis en piste Em­ma­nuel Ma­cron pour blo­quer Ma­nuel Valls, qui était haut dans les son­dages », a ex­pli­qué mar­di sur RFI le dé­pu­té PS Phi­lippe Dou­cet, sou­tien du Pre­mier mi­nistre. Sauf que les courbes se sont de­puis lar­ge­ment in­ver­sées, Ma­nuel Valls ayant re­joint Fran­çois Hol­lande dans les tré­fonds de l’im­po­pu­la­ri­té. « Ma­cron pense que Hol­lande ne peut pas être can­di­dat en 2017 et il pré­empte. Hier soir, il n’a dé­ve­lop­pé au­cune idée », es­time une source au sein de l’exé­cu­tif, pour qui le chef de l’État va « for­cé­ment re­ca­drer Ma­cron de­main (jeu­di), avec ses mots à lui » .Enat­ten­dant le pro­chain épi­sode.

(Pho­to AFP/Fa­rouk Ba­tiche)

Valls ac­cuse Ma­cron de cé­der aux « si­rènes du po­pu­lisme ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.