Ch­ris­tophe Le­maître : « Eva­cuer la frus­tra­tion »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - RE­CUEILLI PAR CH­RIS­TO­PHER ROUX

Ch­ris­tophe Le­maître est un gar­çon re­van­chard. Pri­vé des cham­pion­nats d’Eu­rope d’Am­ster­dam ce mois-ci, en rai­son d’une dou­leur au mol­let, le sprin­teur d’Aixles-Bains a mal vé­cu ce for­fait. De re­tour à la com­pé­ti­tion ce soir à Mo­na­co sur  m, quatre se­maines après sa der­nière course au mee­ting de Nan­cy ( juin), le re­cord­man de France du  m (”) est se­rein à un mois des Jeux.

Ch­ris­tophe, com­ment vous sen­tez-vous? Ça va beau­coup mieux. J’ai re­pris pe­tit à pe­tit pour ne pas brus­quer les choses. J’ai fait de bons en­traî­ne­ments avec les pointes, sans dou­leur. Je re­com­mence à al­ler vite. Je pense que je suis d’at­taque pour de­main (lire ce soir, ndlr).

Re­gar­dez les Eu­rope de votre ca­na­pé s’est avé­ré frus­trant? Ça m’a énor­mé­ment éner­vé. J’avais les boules même si ça m’a per­mis de m’en­traî­ner. Ce n’était pas mon ob­jec­tif prin­ci­pal de la sai­son, mais c’était quand même im­por­tant pour moi d’y être. J’au­rais pu y vi­ser une mé­daille, voire un titre de cham­pion d’Eu­rope. J’es­père main­te­nant me rat­tra­per sur les mee­tings, pro­fi­ter et éva­cuer toute cette frus­tra­tion. L’ob­jec­tif dé­marre à Mo­na­co… Je viens pour conti­nuer à cou­rir de plus en plus vite, mal­gré ma bles­sure. Je veux des­cendre ma meilleure marque de la sai­son (’’). Ça me semble pos­sible. Je vais es­sayer d’al­ler cher­cher Ed­ward. Il a le po­ten­tiel d’un fi­na­liste olym­pique et si j’ar­rive à al­ler le cher­cher, ça mon­tre­ra que je suis en forme et que les chro­nos sont bons. Je veux aus­si faire une course propre tech­ni­que­ment.

Vous aviez du mal à ter­mi­ner vos  m cette an­née, vos sen­sa­tions sont-elles re­ve­nues? Je n’ai pas pris trop de re­tard après ma bles­sure. Je n’ai lou­pé que deux ou trois grosses séances. J’ai le sen­ti­ment que la forme re­vient pe­tit à pe­tit et je pense avoir moins de pro­blème dans ce sec­teur­là de­main (lire ce soir).

Où en êtes-vous de vos sou­cis de dé­part ? C’est ré­glé, je n’ai plus de blo­cage à ce ni­veau.

Com­ment abor­dez-vous les Jeux suite à vos pé­pins, en po­si­tion d’out­si­der ou avec la mé­daille pour ob­jec­tif ? J’aborde les Jeux se­rei­ne­ment. Je ne fais peut-être pas par­tie des fa­vo­ris mais je fe­rai tout pour mon­ter sur la boîte. Avec mon coach (Pierre Car­raz, ndlr) on tra­vaille moins sur le fon­cier. J’ai main­te­nant le coffre pour en­chaî­ner les tours en com­pé­ti­tion. On avait dé­lais­sé un temps la tech­nique et je ne sa­vais plus cou­rir en  par exemple. On a pri­vi­lé­gié à nou­veau la tech­nique du sprint. A Londres j’avais pen­sé à gé­rer mon ali­men­ta­tion, plein de dé­tails et j’étais ar­ri­vé fa­ti­gué. A Rio, je ne veux pas me prendre la tête.

L’Aixois est ap­pa­ru se­rein hier à l’hô­tel Fair­mont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.