« Pour l’ins­tant, se dé­ta­cher de l’hor­reur est im­pos­sible »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat à Nice - Ce que confirme Claudine Ba­dey-Ro­dri­guez,

Elle fait par­tie de la qua­ran­taine de psy­cho­logues pré­sents hier au sein de la cel­lule mé­di­co­psy­cho­lo­gique du CUM. Hé­lène Fran­co (en

pho­to ci-contre), psy­cho­logue du con­seil dé­par­te­men­tal, ex­plique: « Nous avons beau­coup de monde… Mais nous ar­ri­vons à re­ce­voir les gens ra­pi­de­ment, car des psy­cho­logues d’as­so­cia­tions, li­bé­raux, bé­né­voles se sont joints à nous. » Elle

ex­pose : « Nous avons beau­coup de fa­milles, beau­coup d’en­fants… Des en­fants qui ont vu bien des choses, plus que leurs pa­rents qui étaient oc­cu­pés à les sau­ver. Pour l’ins­tant, ce ne sont pra­ti­que­ment que des té­moins. Ceux qui ont per­du un proche, qui ont été tou­chés de plus près, vien­dront sû­re­ment plus tard. Car sou­vent, ils n’ar­rivent pas en­core à en par­ler. » Et de dé­tailler : «Il faut écou­ter. Éga­le­ment leur ex­pli­quer qu’ils sont vic­times. Car sou­vent, ils culpa­bi­lisent d’être tou­jours vi­vants… Comment ré­agir face à ce trau­ma­tisme ? Cer­tains veulent re­prendre le tra­vail dès à pré­sent. Ce n’est pas for­cé­ment une bonne idée. On les oriente, par­fois vers un mé­de­cin, par­fois sur une pres­crip­tion d’an­xio­ly­tiques, ou un sui­vi psy­cho­lo­gique dans la du­rée. On a aus­si des tou­ristes : ils veulent par­tir im­mé­dia­te­ment… Alors que sou­vent, ils n’ont pas dor­mi de la nuit. On les in­vite à ne pas se pré­ci­pi­ter… » « Pour l’ins­tant, se dé­ta­cher de l’hor­reur est im­pos­sible. Les vic­times sont dans une cer­taine ir­réa­li­té… Parlent de mau­vais film. Res­sassent des images mais ont du mal à réa­li­ser. Pour­tant le contre­coup va ve­nir… Et nous de­vons les ac­com­pa­gner.»

psy­cho­logue cli­ni­cienne ni­çoise : « D’abord, il faut faire bais­ser le ni­veau émo­tion­nel de la per­sonne. Ils sont un peu blo­qués sur l’évé­ne­ment. Il faut les ra­me­ner au pré­sent. À des res­sources, comme un lieu agréable… Par­fois, les faire mar­cher, ou re­gar­der ce qu’il y a au­tour d’eux, pour qu’ils ne soient plus fi­gés… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.