Re­le­ver la tête

de Jean-Marc Pas­to­ri­no pré­sident du di­rec­toire de Nice-Ma­tin

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat à Nice -

C’était une belle soi­rée d’été, cha­leu­reuse, co­lo­rée et fes­tive, comme Nice en a le se­cret. Une soi­rée dont on sa­vou­rait la dou­ceur en couple, en fa­mille ou entre amis au rythme d’un feu d’ar­ti­fice en­chan­teur. Une soi­rée de sym­boles : ce­lui de la Fête na­tio­nale, cé­lé­brée dans chaque ville et vil­lage de France; ce­lui aus­si de l’une des ar­tères les plus cé­lèbres au monde, la pro­me­nade des An­glais. La cible idéale pour une ac­tion ter­ro­riste. En  se­condes, en moins de deux ki­lo­mètres, une bombe rou­lante de dix­neuf tonnes a trans­for­mé la baie des Anges en baie des Larmes, la Prom’ en ci­me­tière. Un an et de­mi après les at­ten­tats de Char­lie, huit mois après le mas­sacre du Ba­ta­clan, Nice a bas­cu­lé à son tour dans l’hor­reur. Un seul ter­ro­riste, un seul fou, un seul monstre au vo­lant d’un mas­to­donte lan­cé à pleine vi­tesse a broyé des corps, tué des en­fants, anéan­ti des fa­milles. Leur dou­leur est au­jourd’hui in­di­cible. Ni­ceMa­tin s’y as­so­cie en pré­sen­tant ses condo­léances à toutes les per­sonnes tou­chées par ce drame et en s’en­ga­geant à les épau­ler dans les jours, les se­maines, les mois qui viennent. Après ce  juillet  que per­sonne n’ou­blie­ra, Nice, la ré­gion, la France sont trau­ma­ti­sées par tant de vio­lence et d’in­jus­tice. Tou­chée au plus pro­fond de sa chair, Nis­sa la bel­la ne me­sure pas en­core l’am­pleur du choc et les consé­quences d’un acte abo­mi­nable qui a mé­ta­mor­pho­sé en quelques heures l’ave­nue­sym­bole de la ville en pro­me­nade-fan­tôme. Après les hom­mages du som­met de l’Etat, le deuil na­tio­nal et les ques­tions, lé­gi­times, Nice de­vra re­le­ver la tête. Ce se­ra long et dou­lou­reux. Mais les gestes de so­li­da­ri­té ob­ser­vés jeu­di soir ont prou­vé dès les pre­mières heures du drame que les Ni­çois, les Azu­réens, les Fran­çais ne lais­se­ront pas la bar­ba­rie l’em­por­ter. Ils le doivent, nous le de­vons aux en­fants, aux femmes et aux hommes dont la vie a été em­por­tée à Nice, un beau soir de fête.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.