Conti­nents

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat à Nice -

du monde. Et la fra­ter­ni­té conti­nue­ra à gui­der nos peuples. Au­jourd’hui, plus que ja­mais, nous sommes tous fran­çais. Frères dans la dou­leur et la so­li­da­ri­té avec tous les morts et les bles­sés, leurs fa­milles et amis. Le Bré­sil se joint à tous ceux qui dé­si­rent et as­pirent à la paix et l’har­mo­nie dans le monde. Nous sommes en­semble contre l’in­to­lé­rance et la bar­ba­rie .» Les ter­ro­ristes qui cherchent à nous di­vi­ser ne ga­gne­ront pas. Pas en France. Pas à Londres. Nulle part.” « La dou­leur, l’émo­tion, la so­li­da­ri­té (...) Au­jourd’hui plus que ja­mais, nous em­bras­sons nos frères de l’autre cô­té des Alpes, frap­pés un jour de fête na­tio­nale, écrit Mat­teo Ren­zi sur son blog per­son­nel. Et l’idée que par­mi les vic­times de ces at­taques, il y aus­si des en­fants, avec leurs fa­milles pour faire la fête, rend la dou­leur - si pos­sible - en­core plus forte. Au-de­là des ini­tia­tives gou­ver­ne­men­tales (ita­liennes, Ndlr), sub­siste un sen­ti­ment de dou­leur et de co­lère en voyant les images qui ar­rivent de France. De Nice, nous sommes ha­bi­tués à re­ce­voir des cartes pos­tales de beau­té, pas les images de mort. Ré­agir est un de­voir mo­ral. Ne pas lais­ser les Fran­çais seuls doit être l’en­ga­ge­ment de l’Ita­lie, et de toute la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale .»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.