La sur­prise Pan­ta­no

A dé­faut de Nai­ro Quin­ta­na, c’est un autre Co­lom­bien qui s’est im­po­sé hier sur l’étape du Grand Co­lom­bier, col my­thique du Ju­ra. Une étape sans in­ci­dence pour le maillot jaune de Froome

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

ACu­loz, la bour­gade au pied du Grand Co­lom­bier, les spec­ta­teurs ont ap­plau­di le suc­cès de Pan­ta­no, qui a dis­po­sé au sprint de son com­pa­gnon d’échap­pée, le Po­lo­nais Ra­fal Maj­ka. Mais ils ont re­gret­té qu’Alexis Vuiller­moz, 3e et Ju­ras­sien d’ori­gine, n’ait échoué qu’à 6’’ seule­ment du duo de tête au terme des 160 ki­lo­mètres. L’étape, qui com­por­tait six as­cen­sions d’un dé­ni­ve­lé to­tal su­pé­rieur à 4000 mètres, a lais­sé le haut du clas­se­ment in­chan­gé. A l’ex­cep­tion de l’Amé­ri­cain Te­jay Van Gar­de­ren, qui a re­cu­lé de la sixième à la hui­tième place, au pro­fit de Ro­main Bar­det (6e) et de l’Aus­tra­lien Ri­chie Porte (7e). La course s’est jouée à deux éche­lons, comme sou­vent dans les étapes de mon­tagne com­por­tant plu­sieurs as­cen­sions (six en l’oc­cur­rence). A l’avant, une échap­pée fleuve de trente cou­reurs a abor­dé le Grand Co­lom­bier avec huit mi­nutes et de­mie d’avance sur le pe­lo­ton. La vic­toire s’est jouée entre ses élé­ments les plus forts.

Re­grets fran­çais

Maj­ka, seul en tête au som­met du der­nier col (la­cets du Grand Co­lom­bier) après avoir dis­tan­cé Pan­ta­no aux 20 km, a bien cru avoir course ga­gnée. C’était sans comp­ter sur les qua­li­tés de des­cen­deur du Co­lom­bien, un cou­reur mé­con­nu qui évo­lue au plus haut ni­veau de­puis l’an pas­sé seule­ment. « J’ai ter­mi­né 3e du Tour de l’Ave­nir ga­gné par Quin­ta­na en 2010 ,a

rap­pe­lé Pan­ta­no à l’ar­ri­vée. L’an der­nier était sur­tout fait pour ap­prendre à cou­rir au plus haut ni­veau.

Cette an­née, j’ai pro­gres­sé

et j’ai com­men­cé à ga­gner » ,aex­pli­qué Pan­ta­no, qui a si­gné la 15e vic­toire co­lom­bienne dans le Tour. Le na­tif de Ca­li, 27 ans, a cou­pé l’herbe sous le pied de Maj­ka mais aus­si des cou­reurs fran­çais, en­core « fan­ny » après 15 étapes. Vuiller­moz s’en vou­lait d’avoir pris la roue du Suisse Sé­bas­tien Rei­chen­bach plu­tôt que celle du Co­lom­bien dans la pre­mière des­cente du Grand Co­lom­bier.

Sé­ré­ni­té bri­tan­nique

Quant à Ju­lian Ala­phi­lippe, re­nais­sant après ses dif­fi­cul­tés des jours pré­cé­dents, il ne pou­vait que re­gret­ter amè­re­ment un saut de chaîne sur­ve­nu à une tren­taine de ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée. Le pun­cheur fran­çais était alors seul en tête, au bé­né­fice d’une des­cente ra­pide du Grand Co­lom­bier. Il a été fla­shé à 98,5 km/h! Dans le pe­lo­ton, Froome n’a ja­mais été mis en dan­ger. Le por­teur du maillot jaune, pro­té­gé en per­ma­nence par le Néer­lan­dais Wou­ter Poels, a contrô­lé la si­tua­tion. Seul l’Ita­lien Fa­bio Aru, sui­vi briè­ve­ment par l’Es­pa­gnol Ale­jan­dro Val­verde, a ten­té un dé­mar­rage dans l’en­chaî­ne­ment des la­cets. « Pour être hon­nête, je m’at­ten­dais à da­van­tage d’at­taques, sur­tout de la part de Mo­vis­tar qui avait pla­cé deux cou­reurs dans l’échap­pée. Val­verde a es­sayé, Bar­det aus­si sur le haut de la der­nière as­cen­sion, mais j’ai eu l’im­pres­sion que per­sonne n’avait les jambes pour réus­sir » ,a es­ti­mé le Bri­tan­nique, se­rein alors que la course fait un cro­chet au­jourd’hui par la Suisse et sa ca­pi­tale fé­dé­rale. Pour les sprin­teurs et les pun­cheurs, l’ar­ri­vée à Berne est la der­nière oc­ca­sion de l’em­por­ter jus­qu’aux Champs-Ely­sées di­manche pro­chain.

(Pho­to AFP)

Mé­con­nu, Jar­lin­son Pan­ta­no est le Co­lom­bien à s’im­po­ser sur la Grande Boucle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.