Gat­tières de tout coeur avec Ch­ris­tophe, le res­ca­pé

Sur la Prom’, où il était des­cen­du en fa­mille, Ch­ris­tophe Lyon a per­du six membres de sa fa­mille. Un hom­mage leur a été ren­du par des cen­taines de per­sonnes émues aux larmes

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat à Nice - MA­THILDE TRANOY mtra­noy@ni­ce­ma­tin.fr

Ils étaient tous là, hier. Les co­pains du clos bou­liste, les an­ciens com­bat­tants et les porte-dra­peaux, les Ca­mé­léons du club vé­té­ran de rug­by de Saint-Laurent-du-Var. Et de nom­breux Gat­tié­rois. Tous mo­bi­li­sés pour sou­te­nir Ch­ris­tophe Lyon. Ce chauf­feur de poids lourd qui, cette nuit du 14 juillet, a per­du six membres de sa fa­mille. Ac­ca­blé par le cha­grin, le Gat­tié­rois de 45 ans n’a pas eu la force de prendre part à la cé­ré­mo­nie. Réunies de­vant la mai­rie, des cen­taines de per­sonnes, les vi­sages graves et les yeux brouillés de larmes, ont ré­pon­du à l’ap­pel de la mu­ni­ci­pa­li­té, pour rendre hom­mage aux dis­pa­rus de Gat­tières et d’ailleurs.

« Rien ne se­ra plus comme avant »

Le cor­tège, com­po­sé de Gat­tié­rois, mais aus­si d’ha­bi­tants de Car­ros, Le Broc, Saint-Jean­net, Saint-Lau­rent­du-Var, ve­nus en voi­sins, et d’élus, a pris la di­rec­tion du clos bou­liste, as­si­dû­ment fré­quen­té par Ch­ris­tophe, puis la place des Dé­por­tés, où des gerbes ain­si que des roses rouges et blanches ont été dé­po­sées. « Pu­tain de ca­mion. Je suis Gat­tières. Je suis Nice », pou­vait-on lire sur une large ban­de­role. Ce soir-là, Ch­ris­tophe et son épouse Vé­ro­nique, an­cienne as­sis­tante ma­ter­nelle de 52 ans, étaient des­cen­dus avec le fils de cel­le­ci, Mi­ckaël Pel­le­gri­ni, 28 ans, ad­mi­rer le feu d’ar­ti­fice sur la pro­me­nade des An­glais. Ch­ris­tophe avait convié ses pa­rents, Gi­sèle et Ger­main, 68 et 63 ans, ve­nus de Bram dans l’Aude, et ses beaux-pa­rents, Fran­çois et Ch­ris­tiane Lo­ca­tel­li, 82 et 78 ans, des­cen­dus d’Her­se­range, en Meur­theet-Mo­selle, pour quelques jours de va­cances en fa­mille. En quelques se­condes et sous ses yeux, Ch­ris­tophe a as­sis­té à l’as­sas­si­nat de sa fa­mille dont il est le seul res­ca­pé. « La haine de l’autre, le fa­na­tisme ont frap­pé au coeur de Nice ce 14 juillet. Au­jourd’hui

nous avons bas­cu­lé dans une autre di­men­sion, a dé­cla­ré le maire, Pas­cale Guilt, la gorge ser­rée.

Mon coeur de ma­man pleure tous ces des­tins bri­sés. Au­jourd’hui à Gat­tières et dans la France en­tière, rien ne se­ra comme avant. Vive la France. » Lorsque l’hymne du com­té ni­çois Nis­sa la bel­la, in­ter­pré­té par la can­ta­trice Sa­bri­na Co­lomb, a ré­son­né dans l’am­phi­théâtre, les larmes, jusque-là re­te­nues par pu­deur, ont mouillé les joues.

« La vie doit conti­nuer »

Par­mi la foule, de nom­breux ano­nymes, qui ne connais­saient pas la fa­mille Lyon per­son­nel­le­ment. À l’image

de Joëlle : « À tra­vers cet hom­mage, c’est un hom­mage à toutes les vic­times que l’on rend. » « Au rug­by, on est une fa­mille. C’est hor­rible ce qui est ar­ri­vé, que ça soit à Ch­ris­tophe ou un autre. Nous nous de­vions d’être là », pro­clame un vé­té­ran des Ca­mé­léons. Le fes­ti­val d’art ly­rique « Opus opé­ra », dont les trois pre­mières dates ont été an­nu­lées, re­prend ce soir, à l’am­phi­théâtre. Avec la so­pra­no Sa­bri­na Co­lomb dans Le bar­bier de Sé­ville. « Ces deux soi­rées se­ront dé­diées aux dis­pa­rus », pré­cise Dany van Loon, pré­si­dente d’hon­neur de la ma­ni­fes­ta­tion, qui ajoute : « La vie doit conti­nuer ».

(Pho­tos Éric Ot­ti­no)

Tou­chés par le des­tin tra­gique de cette fa­mille, Gat­tié­rois, ha­bi­tants de la plaine du Var et élus se sont ras­sem­blés pour un hom­mage bou­le­ver­sant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.