Se­lah Sue: «La cé­lé­bri­té ne gué­rit pas de tout»

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Lete - Pro­pos re­cueillis PAR LAU­RENCE LUCCHESI lluc­che­si@ni­ce­ma­tin.fr

Sil­houette gra­cile et vi­sage pou­pin, dans le lob­by du Gar­den beach à Juan-lesPins, Se­lah Sue a tout d’une hé­roïne Prous­tienne. Mais ne vous fiez pas à l’al­lure lisse de la miss. Da­van­tage jeune fille en pleurs qu’en fleur, cette at­ta­chante don­zelle ve­nue du Plat pays chante, avec un charme fou, sa dé­pres­sion à lon­gueur de chan­sons. Comme dans son der­nier opus, Rea­son. Un al­bum pas plom­bant pour deux sous, aux in­fluences pop, reg­gae, rap et soul. Ser­vi par son grain de voix qui évoque tour à tour ce­lui d’Adèle, Amy Wi­ne­house, ou Are­tha Frank­lin. Pas éton­nant que le re­gret­té Prince lui-même ait adou­bé Se­lah, qui nous le prouve à cha­cun de ses pas­sages chez nous : sur scène, elle « en­voie grave » ! Pour ceux qui l’au­raient ra­tée lors de sa très re­mar­quée par­ti­ci­pa­tion au concert Kiss FM du 6 juin der­nier à An­tibes, la di­va soul se­ra le 21 juillet à l’af­fiche du fes­ti­val de jazz de Juan-les-Pins. Nul doute qu’elle va nous re­don­ner la pêche.

Pour­quoi avoir mis quatre ans à sor­tir ce deuxième al­bum ? La ge­nèse de cet al­bum a été beau­coup plus ra­pide que ce­la, en réa­li­té. L’écri­ture elle-même n’a pris que quatre ou cinq mois. Mais la tour­née au­tour de mon pre­mier disque a du­ré trois ans, et il a fal­lu que j’at­tende en outre que les pro­duc­teurs soient prêts !

À ce pro­pos, vous vous êtes ad­joint cette fois les ser­vices de poin­tures comme Ro­bin Han­ni­bal, de Ken­drick La­mar et de Lud­wig Gö­rans­son, l’une des pe­tites mains du la­bel de Jay-Z, « Roc Na­tion » ? Oui, moi qui suis cu­rieuse d’ex­pé­riences nou­velles, j’ai été ser­vie ! Ro­bin, en par­ti­cu­lier, m’a vrai­ment pous­sée dans mes re­tran­che­ments sur le plan vo­cal, j’ai dû mo­bi­li­ser ce que j’avais au fond des tripes ! Mais je suis ra­vie du ré­sul­tat.

À l’ins­tar du pré­cé­dent, le thème de cet al­bum est ce­lui de la dé­pres­sion… Je crois que beau­coup de gens s’at­ten­daient à ce que j’ai ré­glé ça après le pre­mier al­bum, de­puis ce temps où j’étais en­core une ado­les­cente im­ma­ture, qui se cher­chait. Ils ont dû se dire main­te­nant, elle est connue, et donc for­cé­ment heu­reuse en per­ma­nence!

Il n’en est rien ? Non, je vou­lais bri­ser cette image, parce que ce n’est pas vrai, ma vie connaît tou­jours au­tant de hauts et de bas. C’est pour cette rai­son que ma mu­sique conti­nue d’évo­quer ce com­bat, et ce n’est sans doute pas prêt de s’ar­rê­ter. Car dans mon cas, c’est gé­né­tique, j’ai hé­ri­té ce­la de mes quatre grands-pa­rents. Que vous ins­pire le fait de ve­nir sur la Côte d’Azur ? Je suis très sen­sible au temps vous sa­vez, et la mer me donne vrai­ment de bonnes vi­bra­tions, elle m’apaise. J’adore aus­si ve­nir ici parce qu’il y a vrai­ment de très bons fes­ti­vals de jazz, que ce soit à Juan ou à Nice. À Cannes, je me suis pro­duite avant Eri­ka Ba­du dans le même show, l’une de mes ré­fé­rences ab­so­lues avec Lau­ryn Hill, c’était comme un rêve de­ve­nant réa­li­té ! J’ai joué avec Mar­cus Miller aus­si, un im­mense hon­neur. Pour moi qui crains tou­jours d’être trop com­mer­ciale, pas as­sez bonne chan­teuse, avoir la confir­ma­tion d’un ar­tiste tel que Mar­cus, c’était comme si j’avais su­bi­te­ment le monde à por­tée de main!

Tout comme avec Prince? Il m’avait dit Tu res­pires la mu­sique, donc ne prends ja­mais au­cun cours, une re­com­man­da­tion que j’ai sui­vie à la lettre… Et il m’a ap­pris aus­si à ti­rer mon épingle du jeu dans ce bu­si­ness in­fes­té de re­quins en me pro­di­guant de pré­cieux conseils !

(Pho­to Frantz Cha­va­roche)

Vo­lon­tiers en­cline à l’au­to­dé­ri­sion, Se­lah Sue n’hé­site pas à dé­crire son chi­gnon vin­tage comme sa « mont­gol­fière har­die de che­veux blonds ! » En at­ten­dant, c’est nous qu’elle fait dé­col­ler avec sa voix digne de celles des plus grandes di­vas soul…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.