Eu­rope : la tour­née post-Brexit de Hol­lande

Plus court qu’ini­tia­le­ment pré­vu – l’Eu­rope cen­trale étant pro­gram­mée pour la ren­trée – le périple du chef de l’Etat dé­marre, au­jourd’hui, par le Por­tu­gal

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Re­lan­cer l’Eu­rope: le pré­sident Fran­çois Hol­lande en­tame, au­jourd’hui au Por­tu­gal, une tour­née eu­ro­péenne vi­sant à ras­sem­bler les Vingt-sept au­tour de son ini­tia­tive post-Brexit, plus que ja­mais cen­trée sur la défense suite à l’at­ten­tat de Nice, jeu­di soir. Après cette tue­rie de masse, le chef de l’État a rac­cour­ci son dé­pla­ce­ment en re­por­tant à la ren­trée une par­tie en Eu­rope cen­trale (Ré­pu­blique tchèque, Slo­va­quie, Au­triche), mais main­te­nu les étapes au Por­tu­gal au­jourd’hui et en Ir­lande jeu­di. Signe de l’im­por­tance, glisse-t-on à l’Ély­sée, qu’il ac­corde à la nou­velle ten­ta­tive fran­çaise de re­lan­cer une Union guet­tée par le dé­li­te­ment. «Pour­quoi l’Eu­rope sus­cite cette dé­fiance? C’est parce qu’elle ne pro­tège pas. Elle ne pro­tège pas ses fron­tières. Elle ne pro­tège pas suf­fi­sam­ment par rap­port à la me­nace ter­ro­riste […] Elle ne pro­tège pas les sa­la­riés non plus, et pas for­cé­ment les en­tre­prises par rap­port à cer­taines né­go­cia­tions com­mer­ciales», avait plai­dé M. Hol­lande lors de son in­ter­view du 14Juillet, quelques heures avant la nou­velle hé­ca­tombe (84 morts). Eu­rope de la défense, bud­get eu­ro­péen, plan Jun­cker «dou­blé», har­mo­ni­sa­tion fis­cale et so­ciale, ré­ponse à la crise mi­gra­toire: l’ob­jec­tif, se­lon l’Ély­sée, est de je­ter les bases d’un consen­sus avant le 16 sep­tembre et le som­met de Bra­ti­sla­va, dé­ci­dé à la suite du Brexit fin juin. Le chef de l’État s’était dé­jà as­su­ré du sou­tien d’An­ge­la Mer­kel et de Mat­teo Ren­zi, dès la vic­toire du «Leave» le 24 juin.

Pas de sta­tut «à la carte»

Un Brexit qui se­ra au me­nu des dis­cus­sions, mais qui ne «doit pas de­ve­nir le seul su­jet eu­ro­péen». L’ob­jec­tif, se­lon un di­plo­mate, est là de faire com­prendre qu’il n’y au­ra pas de sta­tut bri­tan­nique« à la carte» et­qu’il­fau­dra choi­sir entre les dif­fé­rents mo­dèles d’ as­so­cia­tions exis­tants: plu­tôt in­té­gré comme la Nor­vège ou l’Is­lande, plus dis­tant comme la Suisse. Après une nou­velle réunion avec la chan­ce­lière al­le­mande et le pré­sident du Conseil ita­lien le 22 août en Ita­lie,

Fran­çois Hol­lande de­vrait pour­suivre l’of­fen­sive di­plo­ma­tique en se ren­dant dans plu­sieurs pays à la ren­trée, se­lon l’Ély­sée. Une nou­velle ren­contre avec les so­ciaux-dé­mo­crates eu­ro­péens est éga­le­ment en­vi­sa­gée. «Le tra­vail est com­plexe parce qu’il faut convaincre. Il y a dé­jà un large ac­cord avec l’Al­le­magne et l’Ita­lie, mais

il y a 26 pays», re­con­naît un conseiller. Iso­lée au Sa­hel, la France es­père en­fin convaincre ses par­te­naires d’ aug­men­ter leurs moyens pour les opé­ra­tions mi­li­taires com­munes. Pa­ris pro­pose d’at­teindre 2 % de dé­penses mi­li­taires par rap­port au PIB au ni­veau eu­ro­péen (contre en­vi­ron 1,6 % ac­tuel­le­ment). D’au­tant qu’avec le Brexit s’éloigne l’ar­mée bri­tan­nique, pre­mier bud­get mi­li­taire na­tio­nal de l’UE.

Har­mo­ni­sa­tion fis­cale et so­ciale

À l’Ély­sée, on se ré­jouit tou­te­fois d’avoir ob­te­nu le sou­tien de prin­cipe de Ber­lin à une telle stra­té­gie: hé­ri­tage de la Se­conde Guerre mon­diale, l’Al­le­magne est la pre­mière puis­sance éco­no­mique eu­ro­péenne mais une faible puis­sance mi­li­taire. Pour la pre­mière fois de­puis la fin de la guerre froide, les ef­fec­tifs de la Bun­des­wehr vont aug­men­ter. Autre ob­jec­tif en ma­tière de défense: mettre en place de nou­veaux pro­grammes in­dus­triels com­muns, alors que les ar­mées eu­ro­péennes doivent avoir re­cours à des équi­pe­ments étran­gers. «Ce n’est pas une concur­rence avec l’Otan mais les États-Unis ne sont pas tou­jours pré­sents et eux­mêmes de­mandent que l’Eu­rope

s’équipe», sou­ligne un conseiller. La France es­père aus­si avan­cer sur un autre ser­pent de mer eu­ro­péen: l’har­mo­ni­sa­tion so­ciale et fis­cale, dont un pos­sible sa­laire mi­ni­mum eu­ro­péen. Un su­jet dé­li­cat jeu­di en Ir­lande, dont le taux d’im­pôt sur les so­cié­tés très bas est ré­gu­liè­re­ment ac­cu­sé de si­phon­ner des sièges so­ciaux. Un su­jet là aus­si dé­li­cat pour des pays comme la Po­logne qui, avec la Hon­grie, la Ré­pu­blique tchèque et la Slo­va­quie, de­vrait faire par­tie des pays les plus dif­fi­ciles à ral­lier à l’ini­tia­tive fran­çaise, se­lon une source di­plo­ma­tique.

(Pho­to AFP)

Fran­çois Hol­lande re­ce­vra, jeu­di à l’Ely­sée, la nou­velle Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique, The­re­sa May.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.