L’in­quié­tant al­bum pho­tos du tueur

Mo­ha­med La­houaiej- Boul­hel ne se se­rait ra­di­ca­le­ment conver­ti que ré­cem­ment. Mais les cli­chés, ex­traits de son té­lé­phone, sug­gèrent qu’il au­rait pré­pa­ré son acte du­rant près d’un an

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat a Nice - ERIC GAL­LIA­NO

Le ca­rac­tère pré­mé­di­té de l’at­ten­tat ne fait plus au­cun doute. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Pa­ris, Fran­çois Mo­lins, a an­non­cé lun­di que le tueur au ca­mion, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel, l’avait « pen­sé et pré­pa­ré, au moins dans les jours pré­cé­dant le pas­sage à l’acte. » Se­lon nos in­for­ma­tions, les re­pé­rages au­raient peut-être même dé­bu­té bien avant, il y a près d’un an. C’est en tout cas le sen­ti­ment que donne l’ex­ploi­ta­tion du té­lé­phone por­table du tueur. Des di­zaines de pho­tos en ont été ex­traites. Mises bout à bout, elles semblent re­cons­ti­tuer le scé­na­rio ter­rible qui a conduit au drame de ce 14Juillet 2016 à Nice. Évi­dem­ment, les en­quê­teurs res­tent très pru­dents quant à l’in­ter­pré­ta­tion à don­ner à cette sé­rie d’images et dans quel but Mo­ha­med La­houaiej-Bouh­lel les a prises.

Feu d’ar­ti­fice, Nice Jazz Fes­ti­val, Fan zone…

Mais comment ne pas s’in­ter­ro­ger sur les cli­chés d’un pré­cé­dant feu d’ar­ti­fice, peut-être ce­lui du 15 août de l’an­née der­nière, pris par le tueur sur la pro­me­nade des An­glais. Pen­sait-il dé­jà à com­mettre le pire ? Si ces pho­tos ont été prises dans ce but, ce que l’on peut af fir­mer, c’est que son au­teur hé­si­tait sur sa cible. Car d’autres ma­ni­fes­ta­tions ni­çoises ap­pa­raissent dans le por­table de La­houaie­jBouh­lel : le Fes­ti­val du Jazz, des cli­chés pris lors d’une course à pied or­ga­ni­sée sur la Pro­me­nade, peut-être la « Prom’ Clas­sique » ou le se­mi-ma­ra­thon de Nice, et même des pho­tos de la fan zone qui avait été amé­na­gée sur la place Mas­sé­na pen­dant l’Eu­ro. Simples sou­ve­nirs sau­ve­gar­dés au gré des pé­ré­gri­na­tions d’un Mo­ha­med La­houaiej-Bouh­lel qui n’était en­core qu’un « Mon­sieur­tout-le-monde » ? On ne peut évi­dem­ment pas l’ex­clure. Si ce n’est que quelques do­cu­ments sont plus in­tri­gants comme cette re­pro­duc­tion d’un plan de la course or­ga­ni­sée sur la Prom’ ou en­core celle de l’af­fiche an­non­çant les jours d’ou­ver­ture de la fan zone. Une chose est sûre en tout cas, c’est que le tueur avait choi­si son mode opé­ra­toire de­puis des mois. Le pro­cu­reur Fran­çois Mo­lins a évo­qué les re­cherches sans équi­voque en­re­gis­trées par l’his­to­rique de son mo­teur de re­cherche: « vi­déo choc », « ac­ci­dent mor­tel », « ter­rible ou hor­rible », sont au­tant de mots-clés uti­li­sés par le tueur qui, en outre, avait pris une pho­to d’un ar­ticle de Nice-Ma­tin re­la­tant l’his­toire de ce chauf­fard qui avait fon­cé sur la ter­rasse d’un bar, au port, au len­de­main de la SaintSyl­vestre. Soit il y a plus de six mois !

Des re­pé­rages avec un autre vé­hi­cule ?

La­houaiej-Bouh­lel a donc en­tre­pris de faire la même chose en plein feu d’ar­ti­fice sur la pro­me­nade des An­glais. Une fo­lie soi­gneu­se­ment pré­pa­rée du­rant les 48 heures qui ont pré­cé­dé. On le sait grâce aux images de vi­déo­sur­veillance de la ville. A quatre re­prises le meur­trier le plus san­gui­naire de l’his­toire de Nice a re­pé­ré les lieux. Ce que livre son té­lé­phone por­table, au-de­là du cy­nisme avec le­quel La­houaiej-Bouh­lel s’est pris en

sel­fie au vo­lant du­rant ses re­pé­rages, c’est qu’il en au­rait réa­li­sé d’autres bien avant de louer ce 19-tonnes de la mort. Cer­taines images ex­traites de son té­lé­phone montrent en ef­fet un autre vé­hi­cule uti­li­taire blanc, plus pe­tit, po­si­tion­né sur la pro­me­nade des An­glais. Là en­core, a pos­te­rio­ri, comment ne pas s’in­ter­ro­ger sur le sens de ces cli­chés ?

Cli­chés re­li­gieux

D’autres images semblent at­tes­ter la thèse de la ra­di­ca­li­sa­tion « ra­pide » du tueur avan­cée par le mi­nistre de l’In­té­rieur Ber­nard Ca­ze­neuve. Ces der­niers sont moins nom­breux et sans doute plus ré­cents. A l’image de cette pho­to prise le 6 juillet der­nier lors des cé­lé­bra­tions de l’Aïd el-Fi­tr, or­ga­ni­sées au pa­lais des ex­po­si­tions de Nice. Quelque cinq mille mu­sul­mans azu­réens s’y étaient ras­sem­blés pour fê­ter dans la prière la fin du ra­ma­dan. Ma­ni­fes­te­ment, Mo­ha­med La­houaiej-Bouh­lel en était mais il n’a pas en­ten­du le mes­sage dé­li­vré ce jour-là par le rec­teur de la mos­quée er-Rah­ma: « Nous sommes tous des en­fants d’Adam ! Construi­sons en­semble la paix sur la Terre. » Une se­maine plus tard, il pre­nait le vo­lant de son ca­mion pour com­mettre un crime qui, à la lu­mière de ces pho­tos, semble avoir été pré­pa­ré avec une dia­bo­lique mi­nu­tie. Une an­née de cli­chés qui, mis bout à bout, pour­rait lais­ser croire que ce Tu­ni­sien de 31 ans s’est d’abord mis en quête d’une cible, puis d’un mode opé­ra­toire avant de cher­cher une peu­do-jus­ti­fi­ca­tion dans l’is­lam ra­di­cal à son pas­sage à l’acte.

(Doc TF)

Prise le  juillet, cette pho­to le montre fai­sant un doigt d’hon­neur en com­pa­gnie d’un proche à l’in­té­rieur du ca­mion de la mort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.