La Cour des comptes épingle la Fon­da­tion as­sis­tance aux ani­maux

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France - V. G.

La Cour des comptes a pu­blié hier ma­tin un rap­port très sé­vère sur la Fon­da­tion as­sis­tance aux ani­maux (FAA), qui oeuvre à la sau­ve­garde d’ani­maux mal­trai­tés ou aban­don­nés sur le ter­ri­toire na­tio­nal. Em­ployant une cen­taine de sa­la­riés et s’ap­puyant sur quatre cents bé­né­voles, elle compte plu­sieurs éta­blis­se­ments dans le SudEst : deux dis­pen­saires à Nice et Tou­lon, deux re­fuges à Tou­lon et Bri­gnoles. Se­lon ce do­cu­ment, qui ne re­met pas en cause les fon­da­men­taux de la Fon­da­tion, à sa­voir la qua­li­té de l’ac­cueil et des soins pro­di­gués aux ani­maux, « les do­na­teurs n’ont pas été conve­na­ble­ment in­for­més, lors des ap­pels à la gé­né­ro­si­té pu­blique, de l’usage fait de leurs dons. Ain­si, alors que la com­mu­ni­ca­tion de la Fon­da­tion sou­li­gnait, dans ses ap­pels, l’ur­gence des ac­tions à me­ner en fa­veur des ani­maux, les fonds propres et ré­serves de l’or­ga­nisme ont aug­men­té de 45 % en quatre ans sans que les do­na­teurs en soient avi­sés ». Con­crè­te­ment, la Fon­da­tion a re­çu sur la pé­riode 2011-2014, en­vi­ron 13 M par an, soit 90 % de ses re­cettes. Elle dis­po­sait de 52,7 M€ de fonds propres et ré­serves au 31 dé­cembre 2014. D’après les contrô­leurs, les ap­pels aux dons ont été for­mu­lés en des termes im­pli­quant un em­ploi im­mé­diat des fonds pour la réa­li­sa­tion d’ac­tions en fa­veur des ani­maux. Mais en réa­li­té « près du quart des res­sources is­sues de la gé­né­ro­si­té pu­blique ont été uti­li­sées à une fi­na­li­té dif­fé­rente qui n’avait pas été an­non­cée ». Prin­ci­pa­le­ment des in­ves­tis­se­ments im­mo­bi­liers. La Cour re­lève éga­le­ment « de mul­tiples dé­faillances dans la gou­ver­nance, l’or­ga­ni­sa­tion et la ges­tion de l’or­ga­nisme ». Elle vise là des « si­tua­tions de conflits d’in­té­rêts », « un pi­lo­tage bud­gé­taire dé­faillant » et « des dé­penses sans lien avec l’ob­jet so­cial ou sans jus­ti­fi­ca­tifs suf­fi­sants ef­fec­tués, en par­ti­cu­lier pour fi­nan­cer des frais de dé­pla­ce­ments », etc. Le rap­port se conclut avec sept re­com­man­da­tions pour rec­ti­fier le tir. Et sur­tout par une dé­cla­ra­tion de non-confor­mi­té de l’em­ploi des fonds col­lec­tés aux ob­jec­tifs pour­sui­vis par l’ap­pel à la gé­né­ro­si­té pu­blique. Ce­la per­met à Ber­cy de re­ti­rer l’agré­ment fis­cal, qui au­to­rise la Fon­da­tion à dé­li­vrer des re­çus fis­caux aux do­na­teurs pour une dé­duc­tion des dons du re­ve­nu im­po­sable. Cette dé­ci­sion ap­par­tient au mi­nistre, Mi­chel Sa­pin. Mal­gré nos mul­tiples de­mandes au mi­nis­tère, per­sonne n’a pu hier nous dire si cette sanc­tion était en­vi­sa­gée… Un Cor­ré­zien fume un joint en di­rect sur le ré­seau so­cial Pé­ri­scope, il est re­pé­ré par les gen­darmes

(Illus­tra­tion MaxPPP)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.