« Le bien-être des ani­maux reste notre ob­jec­tif »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Dans les dif­fé­rents sites du Var et des Alpes-Ma­ri­times, per­sonne de la Fon­da­tion n’a sou­hai­té ré­agir hier au rap­port de la Cour des comptes, ren­voyant sys­té­ma­ti­que­ment sur le siège, à Pa­ris. Là, c’est vers l’avo­cat de la FAA que l’on est orien­té. À son ca­bi­net, on ré­pond par un com­mu­ni­qué de presse… Dans ce texte, Me Em­ma­nuel Pier­rat pré­cise la stra­té­gie pru­den­tielle choi­sie par la Fon­da­tion: L’or­ga­nisme a, d’une part, « pri­vi­lé­gié les meilleurs pla­ce­ments, conser­vé des biens im­mo­bi­liers lé­gués et non dé­diés et af­fec­té une par­tie de ses res­sources is­sues de la gé­né­ro­si­té pu­blique à l’ac­qui­si­tion d’im­meubles de rap­port » et d’autre part « choi­si de ren­for­cer le mon­tant de ses ré­serves afin de pal­lier les dif­fi­cul­tés qui pour­raient sur­ve­nir dès lors que les dons et legs sont par es­sence aléa­toires ». Le ca­bi­net Pier­rat jus­ti­fie cette stra­té­gie par « le­seul ob­jec­tif de la Fon­da­tion: ga­ran­tir la pé­ren­ni­té de ses ac­tions au bé­né­fice de la cause ani­male ». Tou­jours se­lon le dé­fen­seur de la FAA, « la dé­cla­ra­tion de non-confor­mi­té pro­non­cée par la Cour n’en­traîne en au­cun cas la perte de re­con­nais­sance d’uti­li­té pu­blique. Il en est de même s’agis­sant de la ca­pa­ci­té de la Fon­da­tion à re­ce­voir des dons et legs et à émettre des re­çus fis­caux. Dans ces cir­cons­tances, la Fon­da­tion sou­haite s’adres­ser à ses 69000 do­na­teurs et rap­pe­ler avec force que le bien-être des ani­maux est au coeur de sa vo­ca­tion et son ob­jec­tif constant ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.