Un an de tran­si­tion éner­gé­tique : l’exé­cu­tif sa­tis­fait, pas les ONG

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

Un an après le vote de la loi de tran­si­tion éner­gé­tique, texte em­blé­ma­tique du quin­quen­nat, Fran­çois Hol­lande et Sé­go­lène Royal ont af­fi­ché, hier, leur sa­tis­fac­tion au vu des ré­sul­tats ob­te­nus. Ce­pen­dant, les ONG res­tent sur leur faim, en par­ti­cu­lier sur le nu­cléaire. Sup­pres­sion des sacs plas­tiques à usage unique, mon­tée en puis­sance des éner­gies re­nou­ve­lables pa­ral­lè­le­ment à une ré­duc­tion de la ca­pa­ci­té nu­cléaire, lan­ce­ment du chèque éner­gie pour les plus pré­caires, dé­ploie­ment mas­sif de bornes de re­charge pour vé­hi­cules élec­triques : le pré­sident de la Ré­pu­blique et la mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment ont égre­né à l’Ély­sée les me­sures phares de la loi adop­tée au Par­le­ment le 22 juillet 2015. « Une loi adop­tée, c’est bien, une loi ap­pli­quée, c’est mieux », a dé­cla­ré Fran­çois Hol­lande de­vant des ac­teurs éco­no­miques, des élus et des ONG. « Ce qui compte, c’est que la vie de nos con­ci­toyens soit chan­gée », a-t-il ajou­té, sou­li­gnant que la qua­si-to­ta­li­té des textes d’ap­pli­ca­tion avaient été pu­bliés. Mais pour les ONG et cer­tains ac­teurs éco­no­miques, le bi­lan est plus contras­té : ils dé­plorent une mise en oeuvre trop lente et des in­co­hé­rences avec les grands ob­jec­tifs af­fi­chés.

(Ph. EPA/MAXPPP)

« L’im­por­tant, c’est que la vie de nos con­ci­toyens soit chan­gée », a ex­pli­qué le Pré­sident.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.