Après l’hor­reur, en­traide et notes d’op­ti­misme

Sous le choc après l’at­ten­tat qui a cau­sé la mort de 84 per­sonnes la se­maine der­nière, les ha­bi­tants de la ré­gion or­ga­nisent une so­li­da­ri­té qui a pris plu­sieurs formes de­puis le 14 juillet

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat De Nice - AU­RORE MALVAL amal­val@ni­ce­ma­tin.fr

Il n’était pas en­core mi­nuit, le 14-Juillet, et dé­jà, le ha­sh­tag « Por­tesOu­ver­tesNice » avait été ret­wee­té plu­sieurs cen­taines de fois par les uti­li­sa­teurs du ré­seau so­cial Twit­ter pour hé­ber­ger chez eux des in­con­nus qui fuyaient la Pro­me­nade des An­glais. Cette nuit-là, il au­ra été par­ta­gé presque 400 000 fois sur le ré­seau so­cial. For­mi­dable élan de so­li­da­ri­té face au choc et à l’hor­reur de l’at­ten­tat. Des comptes dé­diés sont aus­si­tôt créés pour re­layer les ap­pels à té­moins, re­trou­ver les dis­pa­rus dont les vi­sages dé­filent en flux conti­nu. Puis une nou­velle vague de

mes­sages dé­ferle : « Com­ment ai­der ? », « Où don­ner son sang ? »

Soins gra­tuits

Le len­de­main ma­tin, le groupe

Nice-Ma­tin lance une page Fa­ce­book, « So­li­da­ri­té Nice ». En­traide, hom­mages, ini­tia­tives ci­toyennes, elle est inon­dée par les posts de ceux qui, dans toute la ré­gion et même au-de­là, pro­posent « un coup de main ». En deux jours, 4 000 per­sonnes s’y ins­crivent. Elles y offrent de l’ar­gent, des vê­te­ments, un toit, de la com­pa­gnie... L’élan ne s’ar­rête pas à la seule dé­cla­ra­tion d’in­ten­tion en ligne. «

J’ai ap­pris que tous les centres d’ac­cueil étaient pleins, alors je pro­pose le gîte et le cou­vert à une fa­mille tou­chée par l’at­ten­tat qui a be­soin d’être hé­ber­gée à Nice », lance ain­si Su­zanne Bar­ce­lo, pro­prié­taire d’une au­berge de jeu­nesse et d’un res­tau­rant, au len­de­main de l’at­taque. Comme elle, des hô­te­liers ni­çois ac­cueille­ront gra­tui­te­ment des gens qui n’avaient nulle part où lo­ger. Psy­cho­logues et pé­do­psy­chiatres, nom­breux sont les bé­né­voles à avoir frap­pé aux portes des centres d’aide aux vic­times. De­puis une se­maine, des pra­ti­ciens pro­posent éga­le­ment des soins gra­tuits aux vic­times de l’at­ten­tat. Des com­mer­çants ont choi­si de re­ver­ser leur re­cette de la jour­née, une as­so­cia­tion pour la pro­tec­tion des ani­maux offre de s’oc­cu­per des bêtes des vic­times.

Trois hé­ros se­ront re­çus au­jourd’hui en mai­rie

Gé­né­reux dans la dou­leur. Plus de 20 000 eu­ros ont dé­jà été ré­col­tés pour les fa­milles des vic­times, via la ca­gnotte en ligne lan­cée par Nice-Ma­tin/V ar­ma­tin avec la Fon­da­tion de France. Une autre col­lecte (qui a dé­jà dé­pas­sé les 16 000 eu­ros) a été ini­tiée par deux in­ter­nautes nor­mands pour ra­che­ter un nou­veau scoo­ter à Franck, l’un des hé­ros du 14-Juillet. L’homme a tout ten­té pour ar­rê­ter le ter­ro­riste. Avec Gwe­naël, qui a sau­vé une pas­sante d’une balle per­due, et Alexandre, qui a ten­té d’ou­vrir la por­tière du ca­mion, il de­vrait être re­çu au­jourd’hui par le pre­mier ad­joint au maire, pré­sident de la Mé­tro­pole et de la Ré­gion Pa­ca, Christian Es­tro­si.

Lire la suite en page sui­vante

(Pho­tos Franck Fer­nandes)

Plus d’une se­maine après le drame, les élans de so­li­da­ri­té et de gé­né­ro­si­té de la po­pu­la­tion ne se sont pas ta­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.