Max Gal­lo : « Nous de­vons faire preuve de co­hé­sion »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Attentat De Nice -

Une se­maine après le drame, il peine en­core à trou­ver ses mots, tant l’émo­tion l’étreint. Max Gal­lo, Ni­çois par­mi les Ni­çois, même s’il ré­side au­jourd’hui à Pa­ris, se sent meur­tri dans sa chair. « Je suis évi­dem­ment ter­ri­ble­ment mar­qué par cet évé­ne­ment, j’ai du mal à me dé­bar­ras­ser de ce choc, il me ra­mène à la guerre, à des images de ma jeu­nesse », concède l’écri­vain et an­cien se­cré­taire d’État de Fran­çois Mit­ter­rand. « Tous les Ni­çois et tous les Fran­çais ont été tou­chés au coeur dans cette Baie des Anges ex­tra­or­di­naire, au­jourd’hui sa­lie par une haine aveugle. En s’at­ta­quant à la Pro­me­nade des An­glais, le ter­ro­risme is­la­miste montre qu’il veut vrai­ment nous at­teindre au plus pro­fond de ce que nous sommes. » L’aca­dé­mi­cien rend aus­si hom­mage aux po­li­ciers, re­gret­tant les vaines po­lé­miques et ap­pe­lant à res­ser­rer les rangs : « On nous fait la guerre et il faut avoir le cou­rage d’y ré­pondre. Nous de­vons opé­rer sur le ter­rain po­li­cier en pre­nant toutes les me­sures né­ces­saires, mais tou­jours dans un es­prit dé­mo­cra­tique, de fa­çon ca­drée et res­pon­sable. » « Les Fran­çais ne doivent faire qu’un, conclut-il. Nous de­vons ab­so­lu­ment

TH. P.

faire preuve de co­hé­sion et de so­li­da­ri­té, c’est la seule fa­çon de com­battre le ter­ro­risme, avec le­quel nous ris­quons d’avoir à vivre, en ar­rière-plan, un cer­tain nombre d’an­nées en­core.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.