Putsch : An­ka­ra fait fi des cri­tiques eu­ro­péennes et pour­suit la ri­poste

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Monde / France -

La Tur­quie a por­té, hier, à trente jours la du­rée des gardes à vue, a dis­sous plus de deux mille ins­ti­tu­tions,et­pré­ve­nul’Eu­ro­pe­qu’el­le­ne­fai­bli­rait­pas­dans­sa­ri­pos­teaux­par­ti­sans­du­pré­di­ca­teur Fe­thul­lah Gü­len, ac­cu­sés d’être à l’ ori­gine du putsch man­qué. Ce que les res­pon­sables eu­ro­péens« disent ne m’ in­té­resse pas et je ne les écoute pas », a dé­cla­ré le pré­sident Re ce pT ayyipEr­dog an dans une in­ter­view à la chaîne fran­çaise France 24. Enième cri­tique ve­nue de res­pon­sables de l’ Union eu­ro­péenne( U E ), peu après la dif­fu­sion de cet en­tre­tien hier, le chef du gou­ver­ne­ment ita­lien re­pro­chait à An­ka­ra de «mettre en pri­son l’ave­nir» du pays, où l’état d’ur­gence a été ins­tau­ré jeu­di pour la pre­mière fois en quinze ans.

Era­di­ca­tion du « vi­rus »

Ses pre­miers ef­fets concrets ont été dé­cli­nés dans le Jour­nal of­fi­ciel : ex­ten­sion de quatre à trente jours de la du­rée maxi­male de garde à vue et ra­dia­tion à vie des fonc­tion­naires liés à Fe­thul­lah Gü­len. Ont été fer­més, 1 043 éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment, 15 uni­ver­si­tés, 1 229 as­so­cia­tions et fon­da­tions, 19 syn­di­cats... Le pré­sident Er­do­gan a ré­pé­té sa vo­lon­té d’éra­di­quer ce « vi­rus » ,ce « cancer » qui se se­rait « mé­ta­sta­sé » dans les ins­ti­tu­tions. Certes, la jus­tice a an­non­cé l’élar­gis­se­ment de 1 200 mi­li­taires du rang, une dé­ci­sion de li­bé­ra­tio­ni­né­di­te­de­puis­le­dé­but­des­pur­ges­mas­sives après l’échec d’un coup d’Etat qui s’est sol­dé par 270 morts dont 24 mu­tins. Mais se­lon les chiffres tou­jours en hausse de l’agence Ana­do­lu, plus de 12 500 gardes à vue on­té­té­pro­non­cées­de­puis­le­sé­vé­ne­mentsde la nuit du 15 au 16 juillet. Se­lon la même source,5600per­son­ne­son­té­té­pla­cée­sen­dé­ten­tion,mi­li­taires,ma­gis­trat­set­po­li­ciers­mais aus­si pro­fes­seurs ou fonc­tion­naires. Si les au­to­ri­tés sont dé­ter­mi­nées à pour­suivre le­grand­mé­na­ge­dans­les­ser­vi­ces­de­sé­cu­ri­té, Ha­kan Fi­dan, le pa­tron des puis­sants ser­vices de ren­sei­gne­ment, le MIT, pris en dé­faut par le putsch, a pour le mo­ment sau­vé sa tête. Le prin­ci­pal par­ti pro­kurde (HDP) a réuni quelques mil­liers de per­sonnes à Is­tan­bul, pour pro­tes­ter contre le putsch mais aus­si contre l’état d’ur­gence. La garde à vue de 30 jours « re­vient à une tor­ture en soi », a lan­cé, hier, le chef de file du par­ti , Se­la­hat­tin De­mir­tas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.