Iza­girre roi d’Es­pagne

L’Ibé­rique de la Mo­vis­tar s’est of­fert la vic­toire hier à Mor­zine. Le cou­reur de 27 ans a pris le des­sus sur Ni­ba­li et Pan­ta­no, ses com­pa­gnons d’échap­pée, dans la des­cente de Joux-Plane

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports -

C’est ma­gni­fique! » Ion Iza­girre n’était pas peu fier. Le co­équi­pier de Quin­ta­na dans la for­ma­tion Mo­vis­tar, qui avait dé­jà ga­gné le mois der­nier une étape du Cri­té­rium du Dau­phi­né, a ré­ci­di­vé hier en s’of­frant la der­nière ba­garre en mon­tagne du Tour 2016 à Mor­zine. L’Es­pa­gnol s’est dé­ta­ché dans la des­cente de JouxP­lane, dans les 12 der­niers ki­lo­mètres. Il a dis­tan­cé ses deux der­niers com­pa­gnons, le Co­lom­bien Jar­lin­son Pan­ta­no et l’Ita­lien Vin­cen­zo Ni­ba­li, qui ont ter­mi­né dans cet ordre. Dans cette étape ra­mas­sée (146,5 km) mais ar­due (quatre as­cen­sions), les équipes AG2R La Mon­diale (Bar­det) et As­ta­na (Aru) ont ten­té de prendre la course en mains dans le col de la Ra­maz, à une soixan­taine de ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée, der­rière une échap­pée fleuve par­tie de loin.

Une des­cente de feu

A l’avant, Pan­ta­no et le Fran­çais Ju­lian Ala­phi­lippe, au prix d’une des­cente spec­ta­cu­laire du col de la Ra­maz, ont pris les de­vants sur la chaus­sée dé­trem­pée. Le duo s’est pré­sen­té au pied de Joux-Plane (11,6 km à 8,5 %) avec plus d’une mi­nute et de­mie sur ses an­ciens com­pa­gnons et près de six mi­nutes sur le pe­lo­ton. Ni­ba­li, lais­sé libre du fait des dif­fi­cul­tés de son com­pa­triote Fa­bio Aru, s’est lan­cé à la pour­suite des deux hommes à 7 ki­lo­mètres du som­met. Ala­phi­lippe et Pan­ta­no ont es­sayé de se dis­tan­cer l’un l’autre avant que Ni­ba­li re­vienne. A 3 ki­lo­mètres du som­met, le Si­ci­lien a ac­cé­lé­ré en­core, mais le vain­queur du Tour 2014 a vu re­ve­nir Pan­ta­no et Ion Iza­girre à l’ap­proche du som­met.

Froome en contrôle

Ex­cellent des­cen­deur, l’Es­pa­gnol s’est mon­tré su­pé­rieur dans ce re­gistre pour s’im­po­ser pour la pre­mière fois dans le Tour. Agé de 27 ans, il a dé­jà ga­gné une étape du Gi­ro 2012 et le Cham­pion­nat d’Es­pagne 2014. « Quand Ni­ba­li a at­ta­qué, je sa­vais que je de­vais le suivre. Après, c’était la des­cente, j’ai tout ris­qué pour pou­voir ar­ri­ver seul. Je sa­vais dès le pre­mier vi­rage que je de­vais

al­ler à fond », a confié Iza­girre, la vic­toire en poche. Der­rière les trois pre­miers, Ala­phi­lippe s’est of­fert un nou­vel ac­ces­sit (4e à 49’’), très si­gni­fi­ca­tif en fin de Tour. Froome, pro­té­gé par plu­sieurs co­équi­piers (Tho­mas sur­tout), s’est re­le­vé dans les 100 der­niers mètres. Il a fran­chi la ligne, grand sou­rire sur les lèvres, dans la pers­pec­tive de sa pro­bable troi­sième vic­toire sur le Tour (après 2013 et 2015). Au clas­se­ment gé­né­ral, le Bri­tan­nique compte 4’05’’ d’avance sur Bar­det et 4’21’’ sur Quin­ta­na. Au­tant dire un écart in­sur­mon­table sur les 113 ki­lo­mètres de la der­nière étape, qui s’as­si­mile au­jourd’hui à un dé­fi­lé avant le sprint fi­nal sur les Champs-Ely­sées.

(Pho­to AFP)

Vain­queur sur le Gi­ro en , l’Es­pa­gnol a rem­por­té hier sa e vic­toire d’étape sur un grand Tour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.