Ils avaient fil­mé l’agres­sion de leur ca­ma­rade de classe

Co­go­lin Nou­veau cas de vi­déo-lyn­chage : trois col­lé­giens avaient fil­mé, puis dif­fu­sé sur un ré­seau so­cial les coups por­tés à un ado à la sor­tie des cours

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Golfe De Saint-tropez - N. SA. Snap chat est une ap­pli­ca­tion mo­bile où l’ on se par­tage pho­tos et vi­déos. Le prin­cipe de ce ré­seau, est de per­mettre la vi­sua­li­sa­tion du conte­nu, se­lon un temps très bref. Les pho­tos ou vi­déos mises en ligne sur Snap­chat ne sont vi­sibles par le ou

C’est une pra­tique en vogue chez la nou­velle gé­né­ra­tion, par­ti­cu­liè­re­ment friande des ré­seaux so­ciaux : mais le ‘‘hap­py slap­ping’’ n’a mal­heu­reu­se­ment rien de joyeux. Ce phé­no­mène de vi­déo-lyn­chage qui consiste à fil­mer l’agres­sion phy­sique d’une per­sonne a été si­gna­lé ré­cem­ment à la sor­tie du col­lège pu­blic de Co­go­lin. Peu avant la fin de l’an­née sco­laire, au col­lège Gé­rardP­hi­lipe, une telle scène vio­lente, celle d’une ba­garre fil­mée et pu­bliée par le biais d’une ap­pli­ca­tion, sur la pla­te­for­me­mo­bile, Snap­chat 1),

( a été ré­vé­lée.

Prise de tête à  ans

Le 16 juin der­nier, une brouille naît dans l’en­ceinte de l’éta­blis­se­ment entre deux élèves de la même clas­sede sixième : trois fois rien en ap­pa­rence, mais la prise de bec s’en­ve­nime. L’un des col­lé­giens dé­coche une pe­tite tape sur la nuque de son ca­ma­rade. Ce jeune ado, se sen­tant agres­sé, ri­poste en in­sul­tant l’au­teur du coup. La ré­plique ne pas­se­pas au­près de l’agres­seur : pro­messe est lan­cée de s’at­tendre à la sor­tie de l’éta­blis­se­ment pour ré­gler les comptes. Et quand sonne la fin des cours, la pla­cette de­vant l’éta­blis­se­ment sco­laire de­vient le théâ­tred’un fa­meux ‘‘Hap­py slap­ping’’ : trois jeunes gar­çons -- âgés de12 ans ! -- at­tendent leur vic­time dé­si­gnée. Ce­lui qui va frap­per confie alors son té­lé­phone por­table à l’un de ses amis qui va se char­ger de fil­mer les coups por­tés. La sé­quence est ul­tra-ra­pide mais bien réelle. Le gar­çon, vio­len­té, bé­né­fi­cie­rade trois jours de ré­cu­pé­ra­tion.

Vi­déo par­ta­gée par les col­lé­giens

Seule­ment, la vi­déo est par­ta­gée dans la fou­lée, par le troi­sième co­pain, sur la­pla­te­forme Snap­chat, où seul ‘‘le groupe d’amis’’ peut y avoir ac­cès. Comme un huis-clos de vio­lence. Dès qu’elle est dif­fu­sée, l’un des con­tacts de ce groupe, cho­qué, montre la vi­déo à ses pa­rents. Qui pré­viennent aus­si­tôt la mère de la jeune vic­time, qui a gar­dé le si­lence. Les trois mi­neurs, mis en cause, sont aus­si­tôt en­ten­dus par les gen­darmes de la bri­gade de Gri­maud. L’au­teur re­con­naît im­mé­dia­te­ment les faits de vio­lence, don­nés sous le coup de la co­lère, ex­pli­que­ra-t-il aux en­quê­teurs. Les pro­ta­go­nistes ne pou­vaient d’ailleurs pas nier les faits. La ma­man qui avait don­né l’alerte avait eu le ré­flexe de fil­mer avec son propre por­table la vi­déo dif­fu­sée sur le ré­seau so­cial Snap­chat. Mais les gen­darmes ont éga­le­ment pu confor­ter leurs im­pres­sions en vi­sion­nant les images du dome im­plan­té de­vant l’en­trée du col­lège dont la ca­mé­ra avait par­fai­te­ment cap­tu­ré la ba­garre qua­li­fiée de vio­lence en réu­nion. Ces mi­neurs de moins de treize ans ne se­ront pas pour­sui­vis de­vant un tri­bu­nal. L’éta­blis­se­ment sco­laire en re­vanche les a sanc­tion­nés. Les trois élé­ments ont ont été ex­clus du col­lège Gé­rard-Phi­lipe pen­dant une se­maine. Un si­gna­le­ment d’in­frac­tion de se­cond de­gré a été dé­cla­ré au­près du rec­to­rat. Et si ces ados ve­naient à re­pro­duire des faits si­mi­laires, ils pour­raient alors en­cou­rir des pour­suites pour ré­ci­dive. Une scène sem­blable s’est dé­jà dé­rou­lée dans le Golfe de Saint-Tro­pez : quatre col­lé­giens de 13 et 14 ans, avaient été en­ten­dus par la jus­tice en fin d’an­née der­nière, après avoir fil­mé l’agres­sion d’un ca­ma­rade dans le bus sco­laire. Une très mau­vaise sé­rie...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.