Top  : ils ont fait par­ler d’eux

Les at­ta­quants et les com­ba­tifs sont à l’hon­neur, tout comme les mau­vais élèves

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - FAB.P.

. Ro­main Bar­det

On se di­ri­geait ver­sune édi­tion2016 sans vic­toire fran­çaise, et puis Bar­det a fait LE grand nu­mé­ro de ce tour­deF­rance. En rem­por­tant la 19e étape à Saint-Ger­vais Mont-Blanc, il s’as­sure une deuxième place sur le po­dium. Ses risques pris dans la des­cente dé­trem­pée des Sai­sies ont payé. A25ans, il est le cou­reur de ce Tour, en ren­voyant au se­cond plan les au­tres­pré­ten­dants: Quin­ta­na, Ri­chie Porte, Aru et Mol­le­ma.

. Ch­ris Froome

En­tou­ré d’équi­piers dé­voués à sa cause, le Bri­tan­nique rafle un troi­sième Tour de France sans trop for­cer... mais en tremblant quand même. Il a d’abord as­som­mé le pe­lo­ton en l’em­por­tant dès la8e étape, au bout d’une des­cente aty­pique (en po­si­tion dite de l’oeuf, il conti­nuait de pé­da­ler !). Le boss de la Sky en­dos­sait alors le maillot jaune pour ne plus le quit­ter. Ni son ac­ci­dent dans la mon­tée du Ven­toux l’obli­geant à cou­rir à pied (12e étape), ni sa chute sur le sol mouilléde la­des­cente des Sai­sies (19eé­tape) n’ont eu rai­son de son suc­cès fi­nal.

. Pe­ter Sa­gan

Le cham­pion du monde slo­vaque a fait par­ler ses gros cuis­sots sur ce Tour en rem­por­tant trois étapes (2e, 11e et 16e). Spec­ta­cu­laire et at­ta­quant dans l’âme, l’une des stars les plus adu­lées du pe­lo­ton a réus­si à em­me­ner son maillot vert jus­qu’à Pa­ris. Le cou­reur de la Tin­koff a confir­mé qu’il était hors-norme. Et ce n’est pas pour rien qu’ilaé­té­nom­mé «cou­reur su­per­com­ba­tif» de l’édi­tion 2016. Il an­nonce une bonne forme pour les JO de Rio où il s’ali­gne­ra... en VTT.

. Mark Ca­ven­dish

Il est ce­lui qui a ra­flé le plus d’étapes sur ce Tour (4). Mark Ca­ven­dish a confir­mé qu’il était à 31 ans, le plus grand sprin­ter en ac­ti­vi­té en s’im­po­sant à Sainte-Ma­rie-du-Mont (1er étape), An­gers (3e étape), Mon­tau­ban (6e étape), Villars-lesDombes (14e étape). Mais en vue des JO, son au­tre­grand ob­jec­tif de la sai­son, il dé­ci­dait d’aban­don­ner avant le dé­part de la 17e étape. Le cou­reur de Di­men­sion Da­ta a alors sus­ci­té l’émoi des sui­veurs dont cer­tains es­ti­maient que c’était un manque de res­pect vis-à-vis du Tour.

. Ju­lian Ala­phi­lippe

A 24 ans, le Fran­çais Ju­lian Ala­phi­lippe n’a peut-être pas rem­por­té d’étape, mais pour son pre­mier Tour de France, il a rou­lé avec le coeur et les tripes. Le cou­reur d’Etixx-Quick Step a pris de nom­breuses échap­pées quitte à se lan­cer dans des aven­tures per­dues d’avance. Avec son co­équi­pier To­ny Mar­tin, spé­cia­liste de l’ef­fort in­di­vi­duel, ils rou­laient en tête lors de la 16e étape pen­dant près de 170 ki­lo­mètres. La veille, lors de la 15e étape, un saut de chaîne dans les der­niers ki­lo­mètres l’em­pê­chait de dis­pu­ter la­vic­toire au Co­lom­bien Pan­ta­no.

. Thi­baut Pi­not

Si le Fran­çais ap­pa­raît dans ce clas­se­ment, c’est parce qu’il a réus­si l’ex­ploit de man­quer tout ce qu’il en­tre­pre­nait dans ce Tour. Thi­baut Pi­not, qui était au dé­part le pré­ten­dant tri­co­lore le plus ar­mé à la vic­toire, a vo­lé en éclats. Dès les pre­miers cols dans les Py­ré­nées, le cou­reur de la FDJ n’ar­ri­vait pas à suivre la cadence. Ac­cu­mu­lant du re­tard au gé­né­ral, il dé­ci­dait ra­pi­de­ment de se concen­trer sur le clas­se­ment du meilleur grim­peur. Ma­lade, il se ré­si­gnait à aban­don­ner avant le chro­no de la 13e étape. En 2014, il ter­mi­nait 3e et beau­coup l’ima­gi­naient fu­tur vain­queur. On at­tend.

. Tom Du­mou­lin

Le Hol­lan­dais vo­lant TomDu­mou­lin rem­por­tait en toute lo­gique le contre-la-mon­trede la 13e éta­pede 37,5 km. Une deuxième vic­toire sur ce Tour après son suc­cèsàAr­ca­lis (An­dorre, 9e étape). Un ob­jec­tif co­ché pour le cou­reur de Giant. Oui mais voi­là, Tom Du­mou­lin a ter­mi­né en pleur en­chu­tant lorsde la19e étape. Sé­vè­re­ment tou­ché au poi­gnet, sa par­ti­ci­pa­tion aux JO de Rio est re­mise en ques­tion. Il nour­ris­sait de grandes am­bi­tions.

. Wout Poels

Ceux qui ne le connais­saient pas avant le dé­part duTour ont vite rat­tra­pé leur re­tard. Wout Poels, vain­queur de Liège-Bas­togne-Liè­ge­cette an­née, aé­té le prin­ci­pal lieu­te­nant de Ch­ris Foome dans ce Tour. Et si le lea­der de la Sky n’a ja­mais été in­quié­té, c’est en grande par­tie grâce à lui. En 2012, sur les mêmes routes du Tour, leNéer­lan­dais lais­sait dans une chu­te­sa­rate, son pou­mon et un rein. Il sort de l’édi­tion 2016 gran­di, et laisse en­tre­voir à l’ave­nir un rôle de lea­der.

. Nai­ro Quin­ta­na

Le grim­peur co­lom­bien avait dé­ci­dé de très peu rou­ler avant ce Tour, pré­fé­rant se pré­pa­rer chez lui, en Amé­rique du Sud, à l’abri des re­gards. Le bi­lan est ca­tas­tro­phique. Nai­roQuin­ta­na, lea­der de laMo­vis­tar, n’a ja­mai­sé­té en for­me­pour ten­ter la moindre at­taque. Son ca­pi­taine de route Ale­jan­dro Val­verde sem­blait même en bien meilleure condi­tion. Au fi­nal, Quin­ta­na sauve in ex­tre­mis une troi­sième place sur ce Tour. Dans le dur phy­si­que­ment, il ne dis­pu­te­ra pas les JO a an­non­cé hier le sé­lec­tion­neur co­lom­bien.

. Jar­lin­son Pan­ta­no

C’est le Co­lom­bien qu’on n’at­ten­dait pas. Jar­lin­son Pan­ta­no a rem­por­té comme un grand la 15e étape àCu­loz. Le­grim­peurd’IAMn’a ces­sé d’at­ta­quer dans les Alpes (no­tam­ment dans la 20e étape aux cô­tés du Fran­çais Ala­phi­lippe). Il pour­rait rem­pla­cer Quin­ta­na pour les Jeux de Rio. A 27 ans, il est une agréable dé­cou­verte.

Pe­ter Sa­gan, en vert... et contre tous.

(Pho­tos AFP)

Pan­ta­no dans la roue d’Ala­phi­lippe lors de la  étape vers Mor­zine.

Froome tou­ché... ja­mais cou­lé !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.