Grégory Cuilleron prend sa re­vanche

Gas­tro­no­mie Le chef de La Tour­née des po­potes fait dé­cou­vrir la cui­sine ré­gio­nale fran­çaise à ses an­ciens hôtes étran­gers

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Détente - PROPOSRECUEILLISPAR ÉLISABETH PER­RIN

Les­deux­sai­sons pas­sées, il fai­sait sa « tour­née des po­potes » à l'étran­ger chez des chefs pres­ti­gieux. Cette fois, c’est lui qui les ac­cueille dans dif­fé­rentes ré­gions de France, sur France 5. Après l’Al­sace vien­dront le Lyon­nais, le Pays basque, la Nor­man­die et la Corse. Pour­quoi avoir chan­gé la for­mule? Il faut bien jouer le match re­tour! Rendre l’in­vi­ta­tion aux chefs ren­con­trés à Tai­wan, au Li­ban, en Afrique du Sud… tout en res­tant dans le­même es­prit : dé­cou­vrir des pro­duits et créer des­mets « ré­gio­na­loé­tran­gers ». Mais, pour que le pu­blic com­prenne notre com­pli­ci­té, nous re­dif­fu­sons quelques images ex­pli­ca­tives de­mon­sé­jour chez eux. Sur quels cri­tères avez­vous choi­si les ré­gions et les chefs? Le chal­lenge était de les sur­pren­dre­comme je l’ai sou­vent été chez eux. Comme ils sont tous fran­co­phones, ils avaient for­cé­ment fait leurs classes en France, on­de­vait donc choi­sir des ré­gions­dont ils ne connais­saient pas les spé­cia­li­tés. Des lieux que l’on vou­lait très dif­fé­rents les uns des autres et sé­lec­tion­nés aus­si en fonc­tion de nos ori­gines. Je suis de Lyon, Claude La­caze, le pro­duc­teur du pro­gramme, est du Pays basque… Et fi­na­le­ment? Ona réus­si, car ils pen­saient mieux connaître nos spé­cia­li­tés! Je­dois dire que les tri­pailles lyon­naises ont eu leur pe­tit ef­fet sur le chef taï­wa­nais. Et le chef­mexi­cain avai­tun drôle d’air en dé­cou­vrant la tête de co­chon­bouillie qu’on pré­pare en Bre­tagne pour le car­na­val. Ça m’a ven­gé de ce qu’ils m’ont par­fois fait su­bir

(rire)… Et puis, com­meon vou­lait sur­prendre aus­si le pu­blic fran­çais, onn’a pas trai­té que les grands clas­siques! Qu’est­ce qui les a épa­tés? Il­sont été tous été im­pres­sion­nés par la pâ­tis­se­rie! Comme le kou­glof, la tarte à la pra­line, le gâ­teau basque, le koui­gn­amann… Si, en­ma­tière de plats, ona de la concur­rence dans le­monde, la pâ­tis­se­rie fran­çaise n’en souffre au­cune. Et vous­mê­mea­vez­vous dé­cou­vert des choses? Oui, des tours de­main, des pro­duits, des lieux, car il y a aus­si une di­men­sion pa­tri­mo­niale. ÀS­tras­bourg, j’ai hu­mé le plus vieux vin du monde (XVe siècle) dans les caves des Hos­pices ci­vils et dé­cou­vert le re­pas­mar­caire dans les hautes Vosges. J’ai goû­té lesMou­chous, à Biar­ritz, et la re­cette corse de l’au­ber­gine avec du­pain et de la tom­me­fu­méem’a ins­pi­ré un platque j’ai mis à la carte de mon­res­tau­rant, à Lyon.

La Tour­née des po­potes à 21 h 40 sur France 5

« Les­chef­squej’ai­con­vié­sont­tou­sé­téim­pres­sion­nés­par­la pâ­tis­se­rie! Si, en­ma­tiè­rede plats, ona­de­la­con­cur­ren­ce­dans­le­monde, la pâ­tis­se­rie fran­çai­sen’en­souf­freau­cune ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.