« Élar­gir le spectre des in­di­vi­dus sur­veillés »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR ERICGALLIANO

Une église vi­sée. C’était une cible de l’État is­la­mique (EI)? Ce n’était pas une cible pri­vi­lé­giée. L’EI cible d’une ma­nière plus glo­bale les « croi­sés ». C’est vrai que les chré­tiens d’Orient sont vi­sés. Il y a eudes dé­ca­pi­ta­tions de Coptes en . Des des­truc­tions d’églises sur le ter­ri­toire de l’EI ou en Irak. Dans son­ma­ga­zine en fran­çais Dar al Is­lam, l’or­ga­ni­sa­tion avait ap­pe­lé à vi­ser les églises en . Elles étaient men­tion­nées, même si ces me­naces vi­saient avant tout les lieux fré­quen­tés. Et il ne faut pas ou­blier que Sid Ah­med Gh­lam ci­blait dans un at­ten­tat dé­joué plu­sieurs lieux de culte àVille­juif, la ba­si­lique du Sa­créCoeur et sans doute aus­si l’église vi­sée au­jourd’hui.

Cette at­ta­quea évi­dem­ment un ca­rac­tère sym­bo­lique… Le meurtre d’un­prêtre en France est évi­dem­ment un sym­bole très fort pour l’EI. D’abord, par­ceque dé­ca­pi­ter ou tran­cher la gorge c’est un mo­deo­pé­ra­toire clas­sique de cette or­ga­ni­sa­tion. C’est une si­gna­ture. À tra­vers ce prêtre c’est aus­si l’en­ne­mi qui est dé­si­gné: les croi­sés et les pays qui par­ti­cipent à la coa­li­tion.

Après le « mode de vie » de la France le  no­vembre à Paris, des fa­milles et donc des en­fants le  juille­tàNice, au­jourd’hui un prêtre… As­siste-t-onàune es­ca­lade de la ter­reur? C’est avant toute chose le ter­ri­toire na­tio­nal qui est pris pour cible. Et le risque se­rait jus­te­ment de tom­ber dans le piège qu’ils nous tendent. Il ne faut sur­tout pas y voir un conflit in­ter­re­li­gieux. Il ne faut sur­tout pas en faire une guerre de re­li­gion. Car c’est exac­te­ment ce que veulent nos en­ne­mis.

Au-de­là du risque Daesh, il y a dé­sor­mais un risque in­té­rieur de frac­tu­rede la so­cié­té? Ce risque avait no­tam­ment été sou­le­vé par le di­rec­teur gé­né­ral de la Sé­cu­ri­té in­té­rieure, Pa­trick Cal­var, à l’As­sem­blée na­tio­nale. Il ne faut ab­so­lu­ment pas le sou­ses­ti­mer quan­don voit ce qui se passe enAl­le­magne avec la mon­tée de cer­tains grou­pus­cules d’ex­trême droite. C’est pré­ci­sé­ment ce que cherchent à sus­ci­ter nos en­ne­mis.

La fré­quence des der­nières at­taques, Nice, l’Al­le­magne en­suite puis de­nou­veau la France. On a l’im­pres­sion qu’il y a une ac­cé­lé­ra­tion? Il y a un tem­po tout à fait par­ti­cu­lier qui cor­res­pond avant tout à l’ac­crois­se­ment de la me­nace. Me­nace à la fois ex­té­rieure d’at­ten­tats or­ga­ni­sés, struc­tu­rés. Et celle qui est pour moi son pro­lon­ge­ment à sa­voir la me­nace in­té­rieure, plus dif­fuse par­fois plus ru­di­men­taire mais qui est sym­bo­li­que­ment tout aus­si forte.

Un har­cè­le­ment que l’on pour­rait qua­li­fier de stra­té­gique? Il y a sans doute une part de mi­mé­tisme. Mais il y a aus­si des mots d’ordre très pré­cis lan­cés par ces or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes pour ébran­ler nos sys­tèmes dé­mo­cra­tiques et di­vi­ser nos so­cié­tés. Des mes­sages, au­dio et vi­déos, dif­fu­sés par les membres de ces groupes dont des Fran­çais. Car on sait dé­sor­mais de ma­nière as­sez pré­cise que les per­sonnes qui di­rigent leurs at­taques ex­té­rieures en Eu­rope, ceux qui pla­ni­fient les at­ten­tats, ne sont ni sy­riens, ni ira­kiens. Ce sont des dji­ha­distes fran­co­phones. Cer­tains Fran­çais ont un rôle de plus en plus im­por­tant dans la hié­rar­chie de l’EI.

Com­ment re­pé­rer cette me­nace in­té­rieu­re­qui se conten­tede louer un ca­mion ou de pren­dreun cou­teau? En ne se trom­pant pas d’ana­lyse et en fai­sant preuve de fer­me­té avec l’en­semble des in­di­vi­dus à risque. Et plus seule­ment en fo­ca­li­sant sur le haut du spectre, c’est-à-dire les in­di­vi­dus les plus à risque. Il faut étendre notre sur­veillance. Il faut aus­si que cette fer­me­té s’exerce au sein de l’en­semble de la chaîne pé­nale. On voit bienque l’un des as­saillants de Saint-Etienne-du-Rou­vray avait été­mis en exa­men et re­mis en li­ber­té contre l’avis du­par­quet. C’est un point qu’il va fal­loir éclair­cir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.