Pour­quoi le bra­ce­let élec­tro­nique n’a pas em­pê­ché l’at­taque?

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - ERIC MARMOTTANS

Com­ment l’un des deux ter­ro­ristes a-t-il pu pas­ser à l’ac­tion alors qu’il por­tait un bra­ce­let élec­tro­nique? Cet in­di­vi­du âgé de  ans a bé­né­fi­cié, en plein état d’ur­gence, d’une li­ber­té condi­tion­nelle alors qu’il était en dé­ten­tion pro­vi­soire pour avoir ten­té de se rendre en Sy­rie à deux re­prises en  (lire pages pré­cé­dentes). Le contrôle ju­di­ciaire ac­cor­dé – contre l’avis du par­quet an­ti­ter­ro­riste – à cet homme mis en exa­men pour « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en lien avec une en­tre­prise ter­ro­riste » pré­voyait qu’il porte un bra­ce­let élec­tro­nique avec, se­lon nos confrères de Ma­rianne, une per­mis­sion de sor­tie entre  h  et  h . Pen­dant ce cré­neau ho­raire, au­cune alarme ne se dé­clenche si le mis en cause quitte son do­mi­cile. L’at­taque de l’église de SaintE­tienne- du-Rou­vray a dé­bu­té vers  h . « Dans le cadre d’une dé­ten­tion pro­vi­soire, avec un avo­cat qui va plai­der que vous n’êtes pas dan­ge­reux et en fonc­tion de l’ap­pré­cia­tion des ma­gis­trats, on n’est pas obli­gé de vous main­te­nir en dé­ten­tion », com­mente une source pé­ni­ten­tiaire contac­tée hier: « Il y a beau­coup de pa­ra­mètres comme l’en­vi­ron­ne­ment fa­mi­lial, le temps pas­sé en dé­ten­tion… Dans un État de droit, vous res­tez pré­su­mé in­no­cent jus­qu’au ju­ge­ment. Mais dans le contexte ac­tuel, le bra­ce­let, c’est quand même sur­pre­nant [pour un ra­di­ca­li­sé] ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.