Emo­tio­net re­cueille­ment chez les ca­tho­liques du Var

Un mo­ment de prière par­ti­cu­lier a été or­ga­ni­sé hier en la ca­thé­drale de Tou­lon. Les pa­rois­siens étaient cho­qués, mais cer­tains pas éton­nés, qu’on at­taque un « sym­bole de notre so­cié­té »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour -

Ils sont ve­nus « par­ta­ger un mo­ment de paix », pour « faire face en­semble ». Les fi­dèles de la ca­thé­drale de Tou­lon étaient ras­sem­blés hier à 18 heures, l’heure de la messe. Une prière un peu par­ti­cu­lière à la­quelle ont as­sis­té des­hommes et des femmes de tous âges, cer­tains ac­com­pa­gnés de jeunes en­fants. Notre-Dame de la Seds n’ac­cueillait pas seule­ment des pa­rois­sien­sha­bi­tués. Quelques-uns, de pas­sage, y com­pris non ca­tho­liques, ont re­joint l’of­fice. Cer­tains se sont dits « cho­qués par un acte ter­ro­riste d’une grande lâ­che­té ». D’autres ont es­ti­mé que « dé­sor­mais le risque est per­pé­tuel. Tout est pos­sible », ou en­core que « c’est en­core un sym­bole de notre so­cié­té qui est at­ta­qué. » Peu de gens ont ac­cep­té de nous confier leur res­sen­ti. Un homme nous a ré­pon­du : « À quoi bon? Au­point oùo­ne­nest. On n’a plus qu’à prier ».

« Nous ne de­vons pas avoir peur »

« On vit des temps dif­fi­ciles. En tant que croyante, on est pré­pa­ré à un tel évé­ne­ment », confiait cette dame de confes­sion juive. « L’être hu­main se com­porte de plus en plus mal. Au- jourd’hui, il en paye le prix. On se sent de plus en plus concer­né par tout ce qui ar­rive. C’est la pre­mière fois que je rentre dans cette ca­thé­drale. On y res­sent une grande paix. Per­son­nel­le­ment, je suis d’avis que nous de­vons nous ou­vrir aux autres. Je suis pour un rap­pro­che­ment des re­li­gions. Sur­tout que la pa­role des po­li­tiques sonne creux. Les gens ont peur. En ce mo­ment, mes pa­rents évitent d’al­ler à la sy­na­gogue. » Une pa­rois­sienne, la qua­ran­taine, a pris cette ré­so­lu­tion : « Nous ne de­vons pas avoir peur. Mais nous de­vons vivre avec l’idée que ça peut ar­ri­ver et être vi­gi­lants ». Dans l’église, le si­lence s’est fait lourd. « C’est toute notre so­cié­té qui est at­teinte » es­ti­mait le dia­creGilles Re­bèche, au­cô­té du pè­reA­lexis Wiehe. « Puis­sions-nous res­ter des ar­ti­sans de paix, des bâ­tis­seurs d’amour. » Au pre­mier rang, le­sé­na­teur-maire, Hu­bert Fal­co, est res­té dis­cret, mais pré­sent, en signe de so­li­da­ri­té. L’heure était au re­cueille­ment. Cha­cun a res­pec­té­ce­mo­ment.

(Pho­tos Luc Bou­tria)

Les pa­rois­siens tou­lon­nais ont prié pour les vic­times de Saint-Étienne- du-Rou­vray, hier en la ca­thé­drale

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.