À Cra­co­vie, ils ont en­core plus envie de prier pour la paix Les ré­ac­tions lo­cales Eric Ciot­ti: « La France doit ré­agir »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour - K. M. kmi­chel@ni­ce­ma­tin.fr

C’est un co­pain qui, dans le bus qui nous condui­sait à Cra­co­vie, m’a ap­pris la nou­velle… » La Po­logne ac­cueille jus­qu’au 31 juillet, les Jour­nées Mon­diales de la Jeu­nesse (JMJ). Des mil­liers de jeunes ca­tho­liques de la ré­gion Pa­ca y par­ti­cipent. La nou­velle de l’at­ten­tat est confir­mée quelques mi­nutes plus tard par « notre au­mô­nier, qui nous a lu le mes­sage de l’évêque de Rouen. Nous avons en­suite prié, tous en­semble, pour le prêtre Ha­mel ». Douze jours après l’at­ten­tat sur la pro­me­nade des An­glais, la jeune ni­çoise Eu­riell, 25 ans, vit un drame qui la touche dans sa foi chré­tienne : « Je n’étais pasàNice le 14 juillet, j’ai vé­cu ça à dis­tance, à tra­vers des amies qui elles, étaient sur place… J’étais par­ti­cu­liè­re­ment cho­quée dé­jà ». Hier, en­ap­pre­nant l’at­ten­tat deSaint-Etien­ne­duRou­vray, « je me suis ef­fon­drée… Tuer un prêtre, dont le mes­sage est la paix et l’amour… En­suite, d’avoir pu en dis­cu­ter avec les autres par­ti­ci­pants, ce­la m’a fait beau­coup de bien ». La messe cé­lé­brée hier soir, en pré­sence de toutes les dé­lé­ga­tions éga­le­ment. « L’ar­che­vêque de Po­logne qui a cé­lé­bré la messe d’ou­ver­ture des JMJ ce soir (hier soir, Ndlr) l’a dé­diée à l’ab­bé Ha­mel, ain­si qu’à tous les mar­tyrs de notre temps », confirme Ber­na­dette. La jeune fem­mede 24 ans est tou­lon­naise. Com­meEu­riell, el­lea­par­ti­cu­liè­re­ment été tou­chée par ce mo­ment de prière, par­ta­gé par l’en­semble des par­ti­ci­pants. « Il n’y a plus de li­mite à la vio­lence, cons- tate la jeune femme, mais en même temps, ce­la nous donne en­core plus envie de prier pour la paix, pour que les conflits cessent… » Comme les deux jeunes filles, Ré­mi, sé­mi­na­riste à Mar­seille, a ap­pris la nou­velle de ma­nière in­di­recte… Par un ami qui avait re­gar­dé les in­for­ma­tions sur In­ter­net… « Ce­la me touche dans ma foi, je suis dans la peine. Et en même temps, je me dis que le prê- tre Ha­mel, qui au­jourd’hui cô­toie Dieu, n’est pas le­plusà­plaindre. Ce sont ceux qui com­mettent de tels actes qui le sont. Ils se trompent de com­bat, veulent in­suf­fler la peur dans le coeur des hommes. Quel dom­mage, alors que les hommes sont faits pour ap­prendre àvivre en­semble. » Tous gardent es­poir en l’ave­nir. « Je crois en­core que la paix est pos­sible, conclut Eu­riell. Même si c’est dif­fi­cile. Mais sans ma foi, je ne sais pas si j’y ar­ri­ve­rais… » Eric Ciot­ti, pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal des Alpes-Ma­ri­times est par­ti­san de me­sures ex­cep­tion­nelles: « As­si­gna­tion à ré­si­dence  heures sur  des in­di­vi­dus ins­crits au sein du fi­chier des si­gna­lés pour ra­di­ca­li­sa­tion (FSPRT); ex­pul­sion sans dé­lai du ter­ri­toire na­tio­nal des étran­gers ins­crits dans ce même fi­chier; l’ar­rêt to­tal des flux­mi­gra­toires en pro­ve­nance des zones à risques ». L’élu azu­réen de­mande éga­le­ment que le par­le­ment soit à nou­veau convo­qué « afin d’adop­ter les me­sures de pré­cau­tion que je dé­fends de­puis quatre ans: ré­ten­tion ad­mi­nis­tra­tive dans des centres ou à ré­si­dence  heures sur  pour les in­di­vi­dus ra­di­ca­li­sés non en­core pas­sés à l’acte et ne pou­vant être ex­pul­sés; ré­ten­tion de sû­re­té à l’is­sue de la peine pour les in­di­vi­dus condam­nés pour des faits de ter­ro­risme. »

(Pho­tos DR)

Ber­na­dette et le groupe va­rois par­ti­ci­pant aux JMJ ont fait halte dans le dio­cèse de Tar­now au dé­but de leur sé­jour…

Eu­riell,  ans, est Ni­çoise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.