« La for­ma­tion sort les de­man­deurs d’em­ploi de l’iso­le­ment »

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - EN­TRE­TIEN RÉA­LI­SÉ PAR L.S.

Notre « sé­rie » sur les de­man­deurs d’em­ploi va­rois semble le mon­trer, la for­ma­tion semble être une so­lu­tion à pri­vi­lé­gier. Mais qu’en est-il vrai­ment? Ré­ponses avec Yu­suf Ko­co­glu, éco­no­miste tou­lon­nais, spé­cia­li­sé sur les pro­blé­ma­tiques du chô­mage.

Sur quatre de­man­deurs d’em­ploi sui­vis de­puis jan­vier, deux ont sui­vi une for­ma­tion avec pour l’un d’eux une em­bauche à la clé. C’est une so­lu­tion qui pro­duit de bons ré­sul­tats ? Les ré­sul­tats sont tan­gibles dans la plu­part des cas. Mais les en­quêtes me­nées par Pôle em­ploi montrent que les ef­fets po­si­tifs sont aus­si in­égaux. Le type de for­ma­tion que vous al­lez suivre va jouer. Il faut que la for­ma­tion ré­ponde à un be­soin du mar­ché. Quand une en­tre­prise s’adresse à Pôle em­ploi en lui de­man­dant de for­mer dix de­man­deurs d’em­ploi sur un­mé­tier pré­cis, huit de ces dix per­sonnes trou­ve­ront un em­ploi à l’is­sue de leur for­ma­tion, alors que le taux glo­bal de re­tour à l’em­ploi à l’is­sue d’une for­ma­tion est plu­tôt au­tour de  %.

Chez les de­man­deurs d’em­ploi que nous sui­vons, la for­ma­tion semble aus­si pro­duire un ef­fet d’op­ti­misme, sor­tant les chô­meurs du fa­ta­lisme… C’est un ef­fet in­di­rect. La for­ma­tion booste un peu la confiance des de­man­deurs. Il y a des ho­raires, un rythme de tra­vail, des col­lègues… Avec une for­ma­tion, on sort de l’iso­le­ment que le chô­mage peut créer.

La sor­tie du chô­mage est-elle plus ra­pide à l’is­sue d’une for­ma­tion? Oui, mais les chif­fres­montrent que l’ef­fet doit être im­mé­diat. Dans le mois qui suit, voire dans le tri­mestre au plus tard. En­suite, ça de­vient plus com­pli­qué.

Existe-t-il des sec­teurs plus por­teurs que d’autres? Les ser­vices à la per­sonne prin­ci­pa­le­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.