Le jour d’après...

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - L’info Du Jour -

Au len­de­main de l’as­sas­si­nat du père Jacques Ha­mel, dans la com­mune po­pu­laire de Saint-Etienne-du-Rou­vray (28 000 ha­bi­tants) si­tuée en ban­lieue sud de Rouen, les ha­bi­tants sont ve­nus hier en masse ap­por­ter des fleurs et si­gner deux re­gistres de condo­léances à l’hô­tel de ville. La mai­rie sub­mer­gée par une ma­rée hu­maine est si­tuée tout près de l’église où s’est dé­rou­lée la prise d’otages. Amé­lie, 28 ans, a du mal à conte­nir ses larmes. La jeune femme scrute les alen­tours, apeu­rée. Les yeux cer­nés de noir car « je n’ai pas dor­mi de la nuit. Hier, je ren­trais de chez le mé­de­cin quand un co­pain m’a pré­ve­nu de la prise d’otages et m’a dit de res­ter dans le ca­bi­net. Ce prêtre, je le connais­sais, il a fait la com­mu­nion de mes frères et plus ré­cem­ment les ob­sèques d’un ami. Je porte une croix et je n’ai pas l’in­ten­tion de la ca­cher. Là j’at­tends une co­pine, mais j’ai peur. Il n’y a pas de sé­cu­ri­té. »

Un maire meur­tri

L’im­pen­sable at­ten­tat per­pé­tré par deux hommes et re­ven­di­qué par Daech hante tous les es­prits et ali­mente toutes les conver­sa­tions. La com­mune où se trouve un quar­tier sen­sible est di­ri­gée par le maire com­mu­niste Hu­bert Wulfranc de­puis 2002, un homme très meur­tri par les faits bar­bares per­pé­trés dans sa ville. De­puis le drame, elle est en­va­hie par les équipes de jour­na­listes du monde

en­tier, comme CNN, qui campent sur la rue Gam­bet­ta der­rière l’édi­fice re­li­gieux. Les CRS bou­claient tou­jours hier la zone au­tour du bâ­ti­ment. Et pour Pierre, 58 ans, ve­nu de Ois­sel

en voi­sin, c’est l’in­com­pré­hen­sion. « On est vrai­ment cho­qués car on ne s’at­ten­dait pas à ce que ça ar­rive ici. On se pose des ques­tions sur la sé­cu­ri­té, ef­fec­ti­ve­ment, quand on voit qu’ils s’at­taquent à des pe­tites villes, les po­li­ciers ne peuvent pas être par­tout », dé­plore ce croyant qui sou­haite par­ti­ci­per à la marche blanche pré­vue cet après-mi­di à 17 heures.

Un exu­toire

Au­jourd’hui, à 18 heures, un hom­mage of­fi­ciel en pré­sence des au­to­ri­tés ci­viles et re­li­gieuses va éga­le­ment être ren­du dans un parc de la ville. À l’in­té­rieur de la mai­rie, le dé­fi­lé des ha­bi­tants qui viennent rem­plir les deux re­gistres de condo­léances est im­pres­sion­nant. Un exu­toire pour tous ceux qui sont en­core sous le choc. La cel­lule psy­cho­lo­gique mise en place hier par la pré­fec­ture sur site est tou­jours en fonc­tion­ne­ment. Le mer­cre­di est d’or­di­naire jour de mar­ché dans le quar­tier mo­derne du Ma­drillet. Mais compte te­nu du contexte de deuil et de pos­sible ten­sion entre les com­mu­nau­tés, le ren­dez-vous com­mer­cial a été an­nu­lé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.