Fran­çois Corbier, l’ir­res­pec­tueux chan­tant

Fran­çois Corbier était en vi­site chez Mar­tial Ben­ha­mou, son agent ar­tis­tique. L’oc­ca­sion de ren­con­trer le chan­son­nier avant la sor­tie de son pro­chain livre

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR ALAIN BÉDRANE

Fi­nies les comp­tines pour en­fants. Mes chan­sons s’adressent à un pu­blic adulte. ”

Mar­di après mi­di, coup de fil de Mar­tial Ben­ha­mou. « Mon ami Fran­çois Cor­dier est ve­nu pas­ser quelques jours chez moi, au Luc. Est-ce que ce­la vous di­rait de ve­nir le ren­con­trer? ». Et il est là, ce grand gar­çon de 72 ans. Pieds nus et ha­billé, comme il se doit, en noir et blanc. Pre­mière phrase et pre­mier trait d’hu­mour « comme pour mes af­fiches, mon frère m’a tou­jours dit que j’étais mieux en noir et blanc ».

Votre est-elle image tou­jours as­so­ciée au Club Do­ro­thée ? Je n’ai pas de re­grets sur cette époque. Main­te­nant elle est ré­vo­lue. On tra­vaillait en s’amu­sant et même…on s’amu­sait en tra­vaillant bien que par­fois, c’était dif­fi­cile. Mais après, j’étais content de l’avoir fait. Il fal­lait ga­gner sa vie. Dans mon pre­mier em­ploi qui n’a du­ré que trois jours, je ven­dais des cra­vates dans un pa­ra­pluie. Re­ten­te­riez-vous l’aven­ture du Club Do­ro­thée ? Non, je suis res­té trop long­temps à la té­lé à faire l’an­douille pour avoir envie de re­com­men­cer. Bien que sol­li­ci­té, je ne veux plus faire d’ani­ma­tion à la té­lé­vi­sion. Il m’ar­rive ce­pen­dant de ré­pondre aux in­vi­ta­tions pour par­ti­ci­per à une émis­sion. D’ailleurs en sep­tembre, je re­trou­ve­rai Ja­cky dans son émis­sion le JJDDA sur IDF. Bien sûr, je n’ai pas cou­pé avec l’hu­mour. J’ai fait des ap­pa­ri­tions dans les ro­mans-pho­tos de Fluide Gla­cial. Et main­te­nant, après les chan­sons flash et les poèmes Bi­che­bo­chiens, j’in­vite, chaque mer­cre­di, les in­ter­nautes à ve­nir sur ma page Fa­ce­book, lire la suite de mon jour­nal se­cret.

Vous éc­rivez vos mé­moires ? Pas du tout…. Ce sont des contes dro­la­tiques et ir­res­pec­tueux dans l’en­semble. D’ailleurs, j’ai un scoop pour Var ma­tin. Le livre Mon jour­nal se­cret sor­ti­ra chez Ha­chette le jour de mon an­ni­ver­saire, le  oc­tobre.

Vous re­ve­nez donc à vos pre­mières amours ? Ef­fec­ti­ve­ment, je pré­fère me consa­crer en­tiè­re­ment à la chan­son et la scène. Fi­nies les comp­tines pour en­fants. Mes chan­sons s’adressent à un pu­blic adulte. J’y ra­conte ma vi­sion du monde, nos mi­sères, nos élans com­muns et nos rêves aus­si. Votre hom­mage der­nierà un CD ami est dis­pa­ru?un Le vieux lion est mon sixième al­bum. Il est dé­dié à Ca­bu, des­si­na­teur à Char­lie Heb­do, as­sas­si­né le  jan­vier . Les mu­siques sont tendres et les mots ne se dé­par­tissent pas de l’hu­mour qui n’est ja­mais bien loin. J’avais sou­hai­té que ce soit Ca­bu qui me fasse la cou­ver­ture de la po­chette. Fi­na­le­ment, la photo de l’al­bum a été prise chez Clint East­wood. En­fin presque…. juste en face de chez lui dans une bou­tique où il y avait une gui­tare.

Et pour vous, l’heure de la re­traite n’a pas en­core son­né ? Non. Comme l’a dit Bob Dy­lan, je suis en tour­née per­pé­tuelle et ce jus­qu’au  juillet . Là, c’est le do­maine de mon ami et agent Mar­tial qui s’oc­cupe de tout. D’ailleurs, je trouve qu’il n’y a pas beau­coup de dates pré­vues dans le mi­di. J’aime bien ve­nir ici, je m’y trouve bien.

(Photo A. B.)

Fran­çois Corbier est ve­nu pas­ser quelques jours chez son ami Mar­tial Ben­ha­mou, agent ar­tis­tique et pro­duc­teur de spec­tacles.

C’est Yan Lin­dingre qui a cro­qué Corbier pour la cou­ver­ture de son pro­chain livre in­ti­tu­lé Mon jour­nal se­cret.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.