Le do­maine de la Per­tuade lève son verre au suc­cès!

La 3e ven­dange du do­maine se pro­file à l’ho­ri­zon pour Can­dice et son équipe. En at­ten­dant, les pré­cé­dents mil­lé­simes s’in­vitent dé­jà sur les plus jo­lies tables du Golfe de Saint-Tro­pez

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - La Mole - G. C.

En 2014, Can­dice Beuque et son équipe mettent en bou­teille le pre­mier mil­lé­sime du do­maine. Bon­heur sans pa­reil et crainte in­com­men­su­rable. Deux ans plus tard, nous sommes al­lés de nou­veau à sa ren­contre. Et, force est de consta­ter que l’im­mense bâ­tisse po­sée au coeur de vignes bor­dant le pe­tit che­min re­liant le lo­tis­se­ment du Mou­lin Roux au bar­rage a bien chan­gé. Un ca­veau de vente s’étend lan­gou­reu­se­ment entre la spa­cieuse cave ul­tra­mo­derne et la salle de réception. « Ce sont nos der­nières réa­li­sa­tions afin de re­ce­voir la clien­tèle dans des condi­tions op­ti­males», men­tionne la pa­tronne des lieux, Can­dice Beuque. Son sou­rire et son dy­na­misme sont in­tacts. Cette bat­tante, éprise de ses terres et pas­sion­née à l’ex­trême pour son mé­tier ne mé­nage ni son temps ni sa peine pour faire de sa pe­tite en­tre­prise une ré­fé­rence dans un sec­teur où la concur­rence est âpre.

Le Per­tuade sur les plus jo­lies tables

Lorsque nous l’avions vue au dé­mar­rage de son ac­ti­vi­té, elle nous avait confié son am­bi­tion de pro­duire un vin de grande qua­li­té. On peut ré­vé­ler au­jourd’hui qu’elle est sur la bonne voie. « Mes bou­teilles sont à la carte d’éta­blis­se­ments pres­ti­gieux comme la Vague d’Or à Saint-Tro­pez (3 ma­ca­rons), la Ré­serve (Ra­ma­tuelle), la Table de Di­dier (Gri­maud), la Voile de la Nar­telle, chez Bru­no à Lorgues, etc. Ce­la veut dire beau­coup car ces ins­ti­tu­tions pro­cèdent à une sé­lec­tion ri­gou­reuse. » La sa­tis­fac­tion ta­toue son pro­pos. At­ten­tion! Pas ques­tion pour elle de bais­ser la garde ni de s’at­tri­buer la to­ta­li­té du mé­rite : «C’est le fruit du tra­vail de ma pe­tite équipe, no­tam­ment Syl­vain Lorgues, mon ca­viste qui tra­vaille de concert avec l’oe­no­logue Em­ma­nuel Bau­gnet pour as­sem­bler nos vins. Jean-Bap­tiste Co­go qui vient de nous re­joindre doit lui aus­si être as­so­cié à cette ac­tion tout comme My­lène Ve­net qui pré­pare en al­ter­nance un BTS com­merce. Quant à moi, j’as­sure avec un com­mer­cial le vo­let pros­pec­tion et com­mer­cia­li­sa­tion. Nous sommes un vrai col­lec­tif. C’est pri­mor­dial. »

Évo­lu­tion ful­gu­rante

Des cu­vées dignes d’in­té­rêt Sur le plan qua­li­ta­tif, l’évo­lu­tion est ful­gu­rante. Le rouge es­tam­pillé «L’em­brun» idem pour le ro­sé - af­fiche une lé­gè­re­té sans pa­reille et des arômes frais et dis­crets. « Le Do­maine », gamme su­pé­rieure, ne peut en ro­sé que sé­duire les connais­seurs. Là aus­si, le chan­ge­ment est spec­ta­cu­laire. Pour les ex­perts, la cu­vée Ar­thus 2014 (3000 bou­teilles par an) se veut in­con­tour­nable. En­fin, l’ani­ma­tion (lire en­ca­dré) s’in­vite de­puis peu dans ce cadre re­po­sant et ver­doyant au même titre que l’art. L’uni­vers de Can­dice se dé­cline de plus en plus, fa­çon pe­tit pa­ra­dis, pour les ama­teurs de bons vins, mais à dé­gus­ter avec mo­dé­ra­tion.

(Pho­tos G. C.)

Can­dice Beuque avec Jean-Bap­tiste Co­go qui pré­pare un BTS vi­ti­cul­teur après avoir ob­te­nu un DUT en agro­no­mie.

L’im­mense bâ­tisse est po­sée au coeur de vignes bor­dant le pe­tit che­min re­liant le lo­tis­se­ment du Mou­lin Roux au bar­rage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.