Loïc Pie­tri et Char­lotte

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Dossier - FRAN­ÇOIS PATURLE

Loïc Pie­tri… Le ju­do­ka ni­çois est le seul, avec Ted­dy Ri­ner, à avoir réus­si le dou­blé cham­pion­nat du monde ju­nior – cham­pion­nat du monde se­nior (2013, en moins de 81 kg). Il est aus­si à éga­li­té avec Da­vid Douillet et Fa­bien Ca­nu au nombre de po­diums réus­sis en cham­pion­nats du monde. Bref, Pie­tri le Ni­çois, ce­lui dont toute la fa­mille est ori­gi­naire de la Ti­née et de la Vé­su­bie (sans ou­blier bien sûr Louis, le grand-père bon pied bon oeil de 93 ans, ori­gi­naire de Sa­lice en Corse du Sud et qui prend son ca­fé dans le quar­tier ni­çois de Saint-Syl­vestre) fait par­tie des grands noms de la dis­ci­pline.

Gra­vir l’Olympe

Ce­pen­dant, for­cé­ment, sa no­to­rié­té n’a rien de com­pa­rable avec celle d’un Ted­dy Ri­ner porte-dra­peau, mais c’est peut-être tout le monde du sport qui va dé­cou­vrir de quel bois se chauffe le ga­min de Val­de­bore, dont les meilleurs sou­ve­nirs d’en­fance se si­tuent à « cou­rir dans les champs et à es­ca­la­der les mon­tagnes. » Gra­vir l’Olympe, il en est fort ca­pable, Loïc Pie­tri. Ses amis le dé­crivent comme un peu rê­veur, amou­reux de la na­ture, ex­pert de la pêche à la truite en so­li­taire dans La Vé­su­bie, mais sur­tout, for­mi­dable com­pé­ti­teur. « Ila tou­jours ai­mé ça, la com­pé­ti­tion », té­moigne son pa­pa, Mar­cel, lui-même an­cien vice-cham­pion d’Eu­rope de ju­do. « Loïc, je me suis tou­jours gar­dé de l’en­gueu­ler par rap­port au ju­do», glisse Mar­cel. « D’ailleurs, je n’ai pas eu à l’en­gueu­ler beau­coup tout court.Ila­tou­jour­sé­téun­gar­çon fa­cile.Il­me­re­pro­che­par­foisde ne ja­mais être as­sez content de ses per­for­mances » . Loïc a com­men­cé le ju­do au Ce­dac de Nice, avant de tâ­ter un peu l’es­crime, sous la grande tri­bune du stade du Ray, puis de re­ve­nir sur les tatamis, via le Ju­do-Club de Mo­na­co, sui­vant son en­traî­neur de père, puis de si­gner à l’Olym­pique Ju­do Nice, au mo­ment du dé­part à Pa­ris (In­sep). « Les JO, c’est la com­pé­ti­tion d’un jour, tout peut ar­ri­ver, il fau­dra être hy­per­con­cen­tré », nous a confié Loïc Pie­tri quelques jours avant le dé­part pour Rio. « La moindre er­reur peut coû­ter cher. C’est comme un match de ten­nis qui se joue­rait en 5 points. Une sur­prise est vite ar­ri­vée ». Dans sa quête de mé­daille, le Ni­çois se sou­vient de Londres 2012, où il ne fut «que» rem­pla­çant. « Les Jeux, on ne­sait­ja­mais­quand­ce­la­vase re­pro­duire. C’est une op­por­tu­ni­téex­tra­or­di­naire.Il­faut­sa­voir la sai­sir ». Au Bré­sil, Pie­tri se­ra re­con­nu du pu­blic au­ri­verde, lui dont l’idylle avec la cham­pionne olym­pique bré­si­lienne en – 48 kg, Sa­rah Me­nezes (éga­le­ment en lice à Rio) a fait les choux gras de la presse lo­cale. « Sa­rah, elle est dé­jà ve­nue à Val­de­blore en sep­tembre. Elle a beau­coup ap­pré­cié », té­moigne Mar­cel. Loïc Pie­tri se­ra en lice le 9 août sous le pain de sucre. Ch­loé, la ma­man, et Alexandra, la pe­tite soeur, se­ront éga­le­ment du dé­pla­ce­ment à Rio de Ja­nei­ro.

Cham­pion du monde à Rio en  (-  kg), le Ni­çois Loïc Pie­tri se­ra l’une des at­trac­tions fran­çaises.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.