Die­sel : la com­mis­sion Royal sus­pecte d’autres “tri­cheurs”

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France -

La com­mis­sion créée après le scan­dale Volks­wa­gen des mo­teurs die­sel tru­qués pour ten­ter de ré­ta­blir la confiance a li­vré un mes­sage op­po­sé hier,enn’ex­cluant­pas­qued’au­tres­cons­truc­teurs re­courent à des lo­gi­ciels « tri­cheurs ». Dans son rap­port fi­nal com­pi­lant les tests de 86 vé­hi­cules pré­le­vés de ma­nière aléa­toire, cette com­mis­sion in­dé­pen­dante a aus­si no­té de « nom­breux dé­pas­se­ments » des­seuils,de­s­élé­ments­qui avaient dé­jà fil­tré lors de points d’étape. Mais la com­mis­sion af­firme que cer­tains vé­hi­cules pré­sentent des « écarts im­por­tants » en condi­tions d’ho­mo­lo­ga­tion et ap­pelle à de nou­veaux tests « afin d’éva­luer s’ils ne doivent pas faire l’ob­jet d’un re­trait de leur cer­ti­fi­cat d’ho­mo­lo­ga­tion ». Les tra­vaux, qui se sont ap­puyés sur des tests ef­fec­tués par l’or­ga­nisme UTAC-Ce­ram, vi­saient « à faire toute la trans­pa­rence sur les pra­tiques de l’in­dus­trie au­to­mo­bile et à res­tau­rer la confiance des consom­ma­teurs », se­lon Sé­go­lène Royal, mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment qui a ins­tal­lé la com­mis­sion. Alors que Volks­wa­gen a avoué en sep­tembre 2015 avoir ins­tal­lé sur des vé­hi­cu­les­die­se­lun­lo­gi­ciel­de­ges­tion­mo­teur des­ti­né à trom­per les tests d’ho­mo­lo­ga­tion en ré­dui­sant tem­po­rai­re­ment les émis­sions pol­luantes, les autres construc­teurs se sont dé­fen­dus d’avoir re­cours à ce dis­po­si­tif pro­hi­bé par les ré­gle­men­ta­tions eu­ro­péenne et amé­ri­caine. Mais les ex­perts ont re­le­vé dans leur rap­port­qu’« il n’a pas été pos­sible d’avoir ac­cès à l’en­semble des lo­gi­ciels em­bar­qués, et donc au­cune ana­lyse des lo­gi­ciels n’a été ef­fec­tuée ». « La com­mis­sion ne peut donc pas se pro­non­cer dé­fi­ni­ti­ve­ment sur la pré­sence ou ab­sence de lo­gi­ciels “tri­cheurs” dans les vé­hi­cules tes­tés », ajoutent-ils. Même sans ac­cès à ces pro­grammes, les tests ont « dé­ce­lé un nombre im­por­tant d’ano­ma­lies », qu’il s’agisse des émis­sions de CO2 ou d’oxydes d’azote (NOx). L’af­faire Volks­wa­gen a mis en lu­mière les écarts par­fois très im­por­tants entre les normes d’émis­sion lors des tests d’ho­mo­lo­ga­tion et celles en condi­tions réelles d’uti­li­sa­tion. Dé­criées pour leur ob­so­les­cence, les normes eu­ro­péennes ac­tuelles, dites NEDC, vont être rem­pla­cées à l’ho­ri­zon 2017 par un nou­veau pro­to­cole (WLTP), cen­sé être plus per­ti­nent.

Les mau­vais élèves sont...

L’UTAC-Ce­ram a testé les 86 vé­hi­cules (85 die­sel et un es­sence, pour ré­fé­rence) de trois ma­nières « dans des condi­tions dif­fé­rant lé­gè­re­ment de celles de l’ho­mo­lo­ga­tion afin de leur­rer, et ain­si de dé­tec­ter » un dis­po­si­tif frau­du­leux. A chaque fois, elle a ajou­té un seuil de to­lé­rance. Sur les 85 vé­hi­cules, en­vi­ron un tiers (de 24 à 28) se sont ain­si re­trou­vés «en ano­ma­lie» vis-à-vis des seuils de NOx. Un phé­no­mène en­core plus mar­qué sur le CO2, dont 39 et 47 vé­hi­cules dé­pas­saient les seuils. Par­mi les plus « mau­vais élèves » du test sur le NOx sur des voi­tures ho­mo­lo­guées « Eu­ro 6 », la norme la plus ré­cente, fi­gurent la Fiat 500X, la Re­nault Ta­lis­man et le Nis­san Qa­sh­qai. On re­trouve la Fiat en queue de clas­se­ment Eu­ro 6 pour le pre­mier test de CO2. La Vol­vo V40 et la Skoda Fa­bia la pré­cèdent.

L’ins­tal­la­tion de la com­mis­sion par Sé­go­lène Royal a per­mis à Volks­wa­gen de rompre ce grand mo­ment de so­li­tude...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.