« De­voir re­par­tir de zé­ro »

Bles­sé de­puis le mois de mai, Maxime Le Mar­chand est en ré­édu­ca­tion au CERS de Saint-Ra­phaël. Du Var, il conti­nue de suivre l’ac­tua­li­té ni­çoise et se hâte de re­trou­ver les ter­rains

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Sports - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR ALEXANDRE DEMESY

Maxime Le Mar­chand se sou­vien­dra du 7 mai 2016. À l’oc­ca­sion de l’avant-der­nière jour­née de Ligue 1 contre Saint-Etienne, le dé­fen­seur sort après dix mi­nutes de jeu. La cause ? Une bles­sure au ge­nou s’avé­rant être une rup­ture des li­ga­ments croi­sés. Éloi­gné des ter­rains, le temps com­mence à être long pour le na­tif de Saint-Ma­lo. Au­teur d’une très belle sai­son l’an pas­sé, il s’ins­crit dans la li­gnée des jeunes ta­lents. Plus de deux mois après cette bles­sure, le dé­fen­seur se confie sur cette longue pé­riode d’at­tente et sur les chan­ge­ments au club.

Comment va votre ge­nou ? Ce­la évo­lue bien, je re­trouve mes am­pli­tudes. J’ai per­du beau­coup de muscles, la dif­fé­rence entre ma jambe droite et gauche est fla­grante. Je tra­vaille pour équi­li­brer ce­la. Ce n’est pas trop dur mo­ra­le­ment ? Sur le moment, c’est dur. On ap­prend qu’on se­ra loin des ter­rains pen­dant quelque temps après avoir fait une belle sai­son et qu’on ne pour­ra pas jouer l’Eu­ro­pa League... Après, on est obli­gé de faire avec et de re­par­tir de l’avant pour faire une bonne ré­édu­ca­tion. Quel est votre pro­gramme de­puis le jour de la bles­sure? J’ai eu l’ac­ci­dent le  mai, je me suis fait opé­rer le . Entre-temps, j’ai fait des exer­cices pour ne pas perdre d’am­pli­tude au ni­veau du ge­nou. Après l’opé­ra­tion, j’ai vu un ki­né en ville pen­dant que tout le monde était en Avec Favre,

va­cances. J’ai il y a eu un eu une se­maine de bon contact” cou­pure pour m’aé­rer la tête. Et de­puis le  juin, je suis au CERS (Centre Eu­ro­péen de Ré­édu­ca­tion de Spor­tif) à Saint-Ra­phaël jus­qu’au  août. Et après le  août ? Si tout va bien, c’est re­tour au club où je de­vrais être re­pris en charge par le staff mé­di­cal. Le but se­ra de re­prendre en­core du muscle, puis on va tra­vailler le phy­sique. Je vais de­voir re­par­tir de zé­ro. À quoi res­semble votre jour­née type ? Je com­mence à  h  avec mon ki­né ha­bi­tuel pour des soins. Je fais de la ma­chine pour re­prendre du muscle. De  h à mi­di, je suis en pis­cine où je peux faire des exer­cices plus li­bre­ment. L’après­mi­di, je passe une heure et de­mie ou deux à faire du car­dio pour faire tra­vailler le coeur et re­prendre du muscle. Et après je fais le tra­jet Nice et Saint-Ra­phaël tous les jours pour pro­fi­ter de ma femme et ma fille. Vous conti­nuez de suivre le foot ? Oui, j’ai sui­vi l’Eu­ro et for­cé­ment la pré­pa­ra­tion de Nice. C’est frus­trant de voir le foot à la té­lé. Lorsque je re­garde les matchs, j’ai en­vie de jouer. En de­hors des soins comment oc­cu­pez-vous votre temps libre ? Chez moi, je conti­nue à me gla­cer le ge­nou. J’y pense énor­mé­ment, je n’ai pas énor­mé­ment de temps pour moi. Avec le beau temps je vais dans la pis­cine pour tra­vailler et faire des jeux. Vous êtes im­pa­tient de re­prendre l’en­traî­ne­ment? Bien sûr, j’ai dé­jà hâte de pou­voir cou­rir au­tour des ter­rains d’en­traî­ne­ment du club. Tout en je­tant un oeil sur l’en­traî­ne­ment des co­pains. Vous avez des contacts avec vos co­équi­piers ? Avec Mi­ckaël Le Bi­han qui est lui aus­si au CERS. J’ai des nou­velles de plu­sieurs joueurs dont Vincent Ko­ziel­lo par Snap­chat. Puis avec les ki­nés qui suivent ma ré­édu­ca­tion. Et avec Lu­cien Favre ? Oui, je suis pas­sé au club. On a échan­gé quelques mots. Il m’a dit qu’il fal­lait de la pa­tience, du cou­rage pour bien se re­mettre sur pied. Il y a eu un bon contact. Que vous ins­pire sa no­mi­na­tion au poste d’en­traî­neur ? De ce que je vois, je suis content, c’est un peu le même pro­fil d’en­traî­neur que Claude Puel. Ce­la reste dans la conti­nui­té de ce que veut le club. À sa­voir du jeu en pos­ses­sion et un peu de spec­tacle pour les sup­por­ters. Et le re­cru­te­ment plu­tôt jeune? femme et ma fille. L’an der­nier, j’étais sur la Prom’ pour le feu d’ar­ti­fice. Cette an­née je n’y suis pas al­lé car ma fille est toute pe­tite. C’est cho­quant de voir ce qui s’est pas­sé, j’ai une pen­sée pour toutes les fa­milles, il faut res­ter unis. J’ai trou­vé beau de voir les Ni­çois chan­ter Nis­sa la bella sur la Prom. Que re­te­nez-vous de votre pre­mière sai­son en Ligue  ? Je suis très content de ma sai­son, mal­gré la bles­sure à la fin. J’au­rais ai­mé vivre ce match de Saint-Etienne comme les autres mais ce­la fait par­tie du foot. J’ai eu pas mal de temps de jeu, un coach, un staff et un club qui me fai­saient confiance. J’ai pris beau­coup de plai­sir et j’es­père en prendre en­core lors de mon re­tour. Vous avez ins­crit votre pre­mier but contre Troyes. C’est un moment par­ti­cu­lier? Oui, c’est mon pre­mier but dans l’élite, je l’ai tou­jours en tête. Je le marque du dos,ilyaun­peude réus­site. J’es­père main­te­nant en mettre d’autres et cette fois à l’Al­lianz Ri­vie­ra. Quand est pré­vu votre re­tour ? Il n’y a pas en­core de date, je n’ai pas en­vie de me pres­ser et de faire n’im­porte quoi. Je sais qu’il y a un der­nier match d’Eu­ro­pa League le  dé­cembre, fau­dra voir où j’en suis à ce moment-là. Je pense même qu’il fau­dra voir pour , tout dé­pend de mon ge­nou. C’est votre J’ai hâte rêve, de jouer de re­trou­ver

l’Eu­ro­pa les ter­rains League? Oui, et de jouer en

j’ai­me­rais Eu­ro­pa League” connaître ce­la. J’es­père que les gars vont se qua­li­fier pour la phase fi­nale pour y goû­ter. Quels sont vos ob­jec­tifs à long terme ? Je veux conti­nuer à évo­luer comme c’est le cas en ce moment avec Nice. J’ai hâte de re­trou­ver les ter­rains et de jouer en Eu­ro­pa League. Oui c’est jeune. Le club est en­core dans un stade de dé­ve­lop­pe­ment à long terme qui consiste à pré­tendre à faire une belle équipe. Mal­gré leur jeu­nesse, ils peuvent très bien ap­por­ter. Il y a aus­si du plus vieux dans le ves­tiaire donc il y au­ra un mé­lange des deux. On peut faire confiance à la cel­lule de re­cru­te­ment, ils ont très bien tra­vaillé la sai­son der­nière. Un mot sur les matchs de pré­pa­ra­tion ? Je ne re­garde pas trop les scores, ce­la reste des matches ami­caux. Je n’ai pas vu le conte­nu, c’est une pré­pa­ra­tion, il y a de la fa­tigue. Avec les dé­parts et les ar­ri­vées, il faut que ça prenne, ce n’est pas in­quié­tant. Il y a aus­si eu un évé­ne­ment à Nice qui a beau­coup tou­ché le club. Comment avez-vous vé­cu cet at­ten­tat ? J’étais à Nice avec ma

Séance de ré­edu­ca­tion pour Maxime Le Mar­chand au CERS de Saint-Ra­phaël.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.