As­sises : il a tué son pro­prié­taire à Bormes-les-Mi­mo­sas

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Var - G. D.

La cour d’as­sises du Var en­tame au­jourd’hui sa ses­sion or­di­naire d’au­tomne, la neu­vième de l’an­née. Pen­dant trois se­maines, quatre af­faires cri­mi­nelles se­ront sou­mises à l’in­time convic­tion des ju­rés, sous les pré­si­dences suc­ces­sives des conseillers Fran­çois Guyon et Pa­trick Ve­ron.

Al­cool meur­trier à Bormes-les-Mi­mo­sas

De lun­di à mer­cre­di, com­pa­raî­tra pour meurtre Da­niel Trof­faes, un chauf­feur poids lourds de 55 ans de­meu­rant à Bor­mesles-Mi­mo­sas. C’est pré­ci­sé­ment à son do­mi­cile bor­méen de la route du Dom que se sont pro­duits, l’après-mi­di du 11 fé­vrier 2014, les faits que la cour au­ra à ju­ger. À sa­voir le coup de fu­sil de chasse à bout por­tant dans le tho­rax, qui a conduit à la mort d’Eric Cu­ta­jar, moins de deux jours plus tard à l’hô­pi­tal Sainte-Anne de Tou­lon. La vic­time était le bailleur de l’ac­cu­sé, au­quel il louait un ca­ba­non dans sa pro­prié­té. Se­lon le voi­si­nage, les deux hommes s’en­ten­daient bien et avaient des pen­chants com­muns.

Meurtre contes­té

En té­moi­gnaient la bou­teille de whis­ky vide sur la table du jar­din, ain­si que les taux d’al­coo­lé­mie des deux pro­ta­go­nistes, me­su­rés à 2,40-2,70 g/l au mo­ment du drame. Da­niel Trof­faes a tou­jours nié avoir vou­lu tuer Eric Cu­ta­jar. Cet après-mi­di-là, une dis­pute avait écla­té entre eux. Sur un coup de co­lère, l’ac­cu­sé était al­lé cher­cher son fu­sil de chasse, l’avait char­gé avec du plomb à grives et avait vou­lu ti­rer en l’air. La vic­time ne pour­ra ja­mais ap­por­ter la contra­dic­tion à cette thèse d’un coup de fu­sil mal­en­con­treux dans la poi­trine. Tou­jours est-il qu’im­mé­dia­te­ment après le tir, Da­niel Trof­faes s’est dé­me­né pour aler­ter les se­cours et pro­di­guer les pre­miers soins. Me Sté­phane Co­lombe en ti­re­ra sans doute ar­gu­ment pour sa dé­fense. La fa­mille du dé­funt se­ra re­pré­sen­tée par Mes Ni­co­las Ber­thier et Mi­chel Car­dix.

Entre époux à Tou­lon

Ce sont des mes­sages en­voyés en pleine nuit, sur le té­lé­phone por­table d’une amie, qui ont conduit les po­li­ciers tou­lon­nais jus­qu’à Em­ma. Cette jeune femme de 32 ans les a ac­cueillis comme des sau­veurs le ma­tin du 13 avril 2012. Elle leur a dit avoir été sé­ques­trée de­puis la veille dans un ap­par­te­ment des HLM Guy­ne­mer, par son ex-ma­ri, dont elle était sé­pa­rée de­puis neuf mois, en ins­tance de di­vorce. Cou­verte de traces de coups sur tout le haut du corps, elle avait de plus des sé­quelles de vio­lences in­times, et di­sait avoir su­bi un viol. Pour Ab­di Sa­tar Ben Ka­hia, un Fran­co-Tu­ni­sien de 35 ans, ils avaient bien eu une re­la­tion sexuelle, mais elle était consen­tante. Quant aux mul­tiples traces de coups, elle avait pu se les pro­vo­quer elle-même pour lui nuire. Les ex-époux en sont res­tés sur cette op­po­si­tion, que la cour de­vra tran­cher jeu­di et ven­dre­di. Me Va­lé­rie Pi­card dé­fen­dra l’ac­cu­sé, et le bâ­ton­nier Ré­gis Du­rand as­sis­te­ra la plai­gnante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.