Le maire ac­cuse la Com­com

Marc-Etienne Lan­sade met di­rec­te­ment en cause la Com­mu­nau­té de com­munes dont il est le vi­ce­pré­sident. Il es­time que sa ville est moins bien trai­tée que d’autres et se plaint de n’être pas en­ten­du

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - Front Page - RE­CUEILLI PAR D. Z. dzai­toun@ni­ce­ma­tin.fr

Am­biance ten­due hier ma­tin dans le bu­reau du maire de Co­go­lin. Marc-Etienne Lan­sade est en co­lère. En­tou­ré de son di­rec­teur de ca­bi­net et bras droit Éric Gior­siet­ti, et de son ad­joint dé­lé­gué à l’Environnement, au Dé­ve­lop­pe­ment du­rable et à la Pro­pre­té, Ré­my Fé­lix, il ful­mine. À l’ordre du jour du point presse or­ga­ni­sé au pied le­vé : un grand coup de gueule. À pro­pos du ra­mas­sage des or­dures mé­na­gères: «Le tra­vail n’est pas fait ! ». Le pre­mier ma­gis­trat n’y va pas par quatre che­mins pour at­tri­buer la faute à la Com­mu­nau­té de com­munes : « Comme tous mes col­lègues maires du Golfe, je ne dis­pose plus de la com­pé­tence en ma­tière de ra­mas­sage des or­dures mé­na­gères. Ce­lui-ci a été trans­fé­ré à la Com­mu­nau­té de com­munes à sa créa­tion, en 2013. Je ne parle donc pas ici en tant que dé­ci­sion­naire ou don­neur d’ordres, mais plu­tôt comme re­pré­sen­tant de mes ad­mi­nis­trés. »

De quoi vous plai­gnez­vous ? De­puis mon élec­tion, je n’ai pas connu de vé­ri­table pro­blème au ni­veau du ra­mas­sage des or­dures mé­na­gères en ville par la Com­com. Je n’ai pas res­sen­ti jusque-là d’in­sa­tis­fac­tion, grâce no­tam­ment à une po­li­tique d’em­bel­lis­se­ment de la ville. Mais cet em­bel­lis­se­ment est au­jourd’hui mas­sa­cré par des dé­pôts d’or­dures mé­na­gères sau­vages.

À quoi at­tri­buez-vous ce dys­fonc­tion­ne­ment ? Clai­re­ment à la Com­com! Le tra­vail n’est pas fait!

Pou­vez-vous pré­ci­ser? Au­jourd’hui, mes ad­mi­nis­trés m’ap­pellent moi et me tiennent ri­gueur de l’état dé­plo­rable des lo­gettes que nous avons cons­truit pour ran­ger les bacs. Ou pour des tas d’or­dures qui fleu­rissent dans plu­sieurs quar­tiers de la com­mune.

Et vous dites ne pas en être res­pon­sable ? Exac­te­ment. Et en rien! Tout part de l’or­ga­ni­sa­tion du ra­mas­sage par la Com­com. On a vou­lu tout faire payer. Mais la réa­li­té est simple : si le trai­te­ment est payant, les gens pré­fèrent se dé­bar­ras­ser de leurs or­dures ou de leurs en­com­brants comme ça, n’im­porte où.

Il y a pour­tant des dé­chet­te­ries... Elles ne sont plus ac­ces­sibles. La dé­chet­te­rie de Co­go­lin n’est pas ac­ces­sible aux pro­fes­sion­nels et aux ar­ti­sans. Ils doivent al­ler à Gri­maud !

Que pré­co­ni­sez-vous? Il y a au­jourd’hui ma­ni­fes­te­ment une ca­rence d’ef­forts de proxi­mi­té du cô­té de la Com­com. J’es­time pour ma part que le trai­te­ment de tous les dé­chets de­vrait être gra­tuit. Vous pen­sez que vos col­lègues maires du Golfe se­ront du même avis ? Je ne veux pas être agres­sif. Je sais bien que c’est com­pli­qué. Mais Je trouve par exemple in­sup­por­table de dî­ner aux Ma­rines de Co­go­lin, quand, à  h, un ca­mion pou­belle passe faire le ra­mas­sage. De­vant un res­tau­rant ce n’est pas pos­sible ! Pas au beau mi­lieu du ser­vice !

Vous avez re­le­vé d’autres dys­fonc­tion­ne­ments ? Jus­qu’à il y a quatre mois, le ra­mas­sage se fai­sait  jours sur . Au­jourd’hui, on est pas­sé à  sur  sur Co­go­lin, hors centre-ville. Cet hi­ver, ce se­ra  sur  au centre-ville et  sur  dans les écarts. Ce se­ra le cas par­tout dans le Golfe, non ? Cer­tai­ne­ment pas! Chez nos voi­sins de Gri­maud, le ra­mas­sage s’ef­fec­tue­ra  jours sur , et même deux fois par jour en centre-ville!

Avez-vous aler­té le ser­vice com­pé­tent et le pré­sident de la Com­com Vincent Mo­risse ? Évi­dem­ment ! Sans ré­ponse concrète à mon cour­rier. Pas plus qu’à ce­lui par le­quel je pro­pose à mes col­lègues de la Com­com d’or­ga­ni­ser des vi­ce­pré­si­dences tour­nantes, au lieu de gar­der cha­cun sa com­pé­tence pour la du­rée de son man­dat. Mais pas le moindre re­tour à mon cour­rier...

(DR)

Les bacs dé­bordent d’or­dures dans plu­sieurs quar­tiers de Co­go­lin. Le maire ré­clame la gra­tui­té du trai­te­ment des dé­chets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.