Her­vé Ma­ri­ton : « Fixer un nombre maxi­mum de lo­ge­ments so­ciaux »

Contraint de re­non­cer à la pri­maire de droite, le dé­pu­té de la Drôme sou­tient Alain Jup­pé. Connu pour ses po­si­tions pro-fa­mille, il dé­fen­dra aus­si des idées ra­di­cales sur le lo­ge­ment, au­jourd’hui à Nice

Var-Matin (Sainte-Maxime / Saint-Tropez) - - France - PRO­POS RECUEILLIS PAR THIER­RY PRUDHON

Re­ca­lé d’ex­trême jus­tesse du com­bat de la pri­maire de la droite et du centre pour une poi­gnée de par­rai­nages, on s’at­ten­dait à ce que Her­vé Ma­ri­ton sou­tienne Fran­çois Fillon, a prio­ri plus proche de ses po­si­tions sur la fa­mille. Le dé­pu­té­maire de Crest a, en fait, op­té pour Alain Jup­pé. Il s’en ex­plique ici et évoque éga­le­ment ses pro­po­si­tions à contre-cou­rant en ma­tière de lo­ge­ment so­cial, qu’il dé­fen­dra au­jourd’hui à Nice au congrès de l’Union na­tio­nale de la pro­prié­té im­mo­bi­lière.

Pour­quoi Jup­pé, fi­na­le­ment? J’ai des dif­fé­rences as­su­mées avec Jup­pé, mais je pré­fère construire sur des bases claires plu­tôt que sur trop d’am­bi­guï­té. Fran­çois Fillon parle de ré­écrire la loi Tau­bi­ra, ce n’est pas une ex­pres­sion claire. Avec les mi­lieux qui mi­litent pour la fa­mille, nous sommes en désac­cord avec Alain Jup­pé sur la loi Tau­bi­ra en tant que telle, mais pour au­tant ces mi­lieux re­con­naissent que c’est lui le plus clair dans le re­fus de la GPA et de la PMA.

Fran­çois Fillon et d’autres y sont, eux aus­si, clai­re­ment op­po­sés… En tout cas, quand vous in­ter­ro­gez les mi­lieux de type Ma­nif pour tous, l’opi­nion qui en res­sort est celle que je viens de vous ex­pri­mer. Je pense donc qu’il vaut mieux être dans une re­la­tion où l’on sait sur quoi on est en ac­cord et en désac­cord, plu­tôt qu’une re­la­tion où l’on ne sait pas.

Vos conver­gences avec Alain Jup­pé? Jup­pé a le sé­rieux de dire qu’il faut faire bais­ser et les dé­penses et les im­pôts, à la dif­fé­rence d’autres can­di­dats qui veulent faire bais­ser les im­pôts da­van­tage que les dé­penses, ce qui n’est pas sé­rieux. La droite ne doit pas prendre pré­texte des ca­rences de la gauche pour lais­ser fi­ler les dé­fi­cits en . Alain Jup­pé in­carne un sé­rieux bud­gé­taire.

Lui avez-vous de­man­dé d’in­té­grer cer­tains points dans son pro­gramme? On dis­cute sur un cer­tain nombre de su­jets. Sur la fis­ca­li­té, je suis par­ti­san de la flat tax, c’est-à-dire l’im­pôt uni­ver­sel et pro­por­tion­nel et on a dé­ci­dé de tra­vailler sur une base plus large et un taux plus faible. Ai-je conver­ti Alain Jup­pé à la flat tax, je n’en suis pas sûr, mais on avance en­semble sur l’idée qu’il faut qu’un plus grand nombre de Fran­çais paient l’im­pôt sur le re­ve­nu et qu’il est cho­quant que plus de la moi­tié ne le paient pas. On veut aus­si avan­cer sur une plus grande au­to­no­mie des éta­blis­se­ments sco­laires pour ré­pondre au dé­clin de notre édu­ca­tion.

D’au­cuns vous re­prochent de vo­ler au se­cours de la vic­toire sup­po­sée d’Alain Jup­pé… Trois jours avant ma prise de po­si­tion, les son­dages fai­saient ap­pa­raître que Ni­co­las Sar­ko­zy rat­tra­pait Alain Jup­pé. Au­jourd’hui, Alain Jup­pé est de­vant lui, mais per­sonne ne sait ce que di­ront les son­dages dans trois se­maines. On ne prend pas po­si­tion si loin d’un scru­tin sur la base des son­dages.

Vous par­ti­ci­pez, au­jourd’hui, à Nice au congrès de l’Union na­tio­nale de la pro­prié­té im­mo­bi­lière. Quel mes­sage al­lez-vous y por­ter? Je pro­pose un chan­ge­ment ra­di­cal de la po­li­tique de lo­ge­ment so­cial, en ar­rê­tant les aides à la pierre pour al­ler à fond sur des aides à la per­sonne, donc d’ar­rê­ter de s’en­fer­mer dans le con­cept de lo­ge­ment so­cial. Je sug­gère d’abro­ger la loi SRU. Je pense qu’il faut fixer non pas un nombre mi­ni­mum de lo­ge­ments so­ciaux mais un nombre maxi­mum, pour évi­ter que des com­munes se spé­cia­lisent dans le lo­ge­ment so­cial, de fa­çon pu­re­ment clien­té­liste. En­fer­mer les Fran­çais mo­destes dans le lo­ge­ment so­cial n’a pas de sens.

(Pho­to Maxppp)

Her­vé Ma­ri­ton, pri­vé de pri­maire, a dé­ci­dé de se ral­lier à Alain Jup­pé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.